Actualités
20:52 5 décembre 2013 | mise à jour le: 5 décembre 2013 à 20:52 temps de lecture: 3 minutes

Six bornes à l’Université Laval pour «faire le plein» d’électricité

L’Université Laval emboîte le pas dans l’électrification des transports en installant sur son campus six nouvelles bornes de recharge publiques faisant partie du Circuit électrique d’Hydro-Québec.

Ainsi, les propriétaires de véhicules électriques pourront «faire le plein» à l’une des bornes situées dans les stationnements des pavillons Ferdinand-Vandry et Alphonse-Desjardins, ainsi qu’au Pavillon de l’éducation physique et des sports (PEPS).

L’Université Laval est la deuxième université à suivre le courant du Circuit électrique, après l’Université de Sherbrooke. L’établissement d’enseignement supérieur a investi près de 50 000$ dans ce projet qui fonctionnement par autofinancement.

«Ça coûte 2,50$ de la recharge; ça paie les coûts d’électricité et d’entretien. Ce projet s’inscrit dans la volonté de l’Université Laval de diminuer les émissions de gaz à effet de serre et de devenir, à terme, un campus carboneutre», a fait valoir Éric Bauce, vice-recteur exécutif de l’Université Laval.

Ce projet est possible grâce au Fonds de développement durable de 2 M$, lancé en 2007. L’Université Laval utilise les intérêts générés par ce fonds pour investir dans des projets de développement durable. M. Bauce estime qu’une centaine de propriétaires de véhicules électriques potentiels vont utiliser les bornes électriques.

Percée à venir aux États-Unis

AddÉnergie Technologies, fondée par des diplômés en génie électrique de l’Université Laval, a raflé le second appel d’offres pour les bornes électriques. «On est une petite entreprise qui s’est bien développée. Dans tout le Canada, on a livré 600 bornes, et on compte entreprendre une percée dans le marché américain d’ici les 12 prochains mois», détaille Louis Tremblay, président d’AddÉnergie Technologies.

Précisons que les bornes installées à l’Université Laval sont des bornes à recharge lente (équivalent de quatre fois la prise conventionnelle résidentielle), c’est-à-dire qu’elles peuvent recharger une batterie entre trois et quatre heures, contrairement aux bornes à recharge rapide (30 minutes).

AddÉnergie a développé un système de gestion intelligent. «On va pouvoir monitorer chacune des bornes afin de mieux évaluer les besoins à venir», ajoute M. Tremblay. 

750 bornes d’ici 2016

L’Université Laval devient un nouveau partenaire pour Hydro-Québec dans l’intégration du Circuit électrique. «On a fait le choix de la borne, on offre le service clé en main pour le partenaire qui l’installe. Les bornes sont « intelligentes »; on peut offrir un support complet à distance», indique Chantal Guimont, directrice planification stratégique et électrification des transports à Hydro-Québec.

Le Circuit électrique (www.lecircuitelectrique.com) compte près de 250 bornes de recharge à 240 et à 400 volts en service au Québec, dont une trentaine de bornes à Québec. «Au cours des trois prochaines années, l’objectif de la stratégie d’électrification des Transports du gouvernement du Québec est d’en augmenter le nombre à 750», conclut Mme Guimont.  

Groupe Québec Hebdo.

Pour utiliser les bornes du campus de l’Université Laval, les utilisateurs doivent s’inscrire au Circuit électrique en remplissant le formulaire en ligne «Devenir client» sur le site web au lecircuitelectrique.com. Information: «Déplacements/automobile» du site ssp.ulaval.ca

 

 

 

 

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *