Actualités
18:10 13 juin 2013 | mise à jour le: 13 juin 2013 à 18:10 temps de lecture: 3 minutes

La pénurie de stationnement décriée sur l’avenue Maguire

Dans sa demande de modification au zonage du dernier terrain libre de l’avenue Maguire, l’administration Labeaume vise à éliminer le stationnement à ciel ouvert de 96 cases, pour ainsi densifier le secteur et en augmenter la vitalité économique.

La Ville de Québec veut vendre le terrain, par appel d’offres, pour que le promoteur sélectionné y construise un bâtiment mixte (commerces aux rez-de-chaussée et logements aux étages supérieurs), intégrant un stationnement souterrain payant de 96 cases et d’autres cases exigées pour le bâtiment projeté, en fonction de sa taille.

La salle du centre communautaire Noël-Brûlart était pleine, lors de la consultation publique sur ce projet, mardi soir. Plusieurs citoyens et commerçants se sont opposés à l’aménagement d’un stationnement souterrain payant, annexé à un futur immeuble situé au 1445, Avenue Maguire, à côté de la caserne de pompiers numéro 15.

«Il y a au moins 1000 travailleurs qui gravitent autour de l’artère commerciale. Il faudrait au moins doubler le nombre de cases de stationnement pour répondre aux besoins actuels. (…) Peut-on parler d’un projet mobilisateur pour les résidents et les commerçants, avec une signature urbaine?», a soulevé François Joyet, président de la Société de développement commercial de l’avenue Maguire.

«Les 96 cases actuelles seront remplacées par 96 cases… Ça ne règle pas le problème. De premier abord, le client pourrait éviter le stationnement souterrain», a renchéri Eddy Laurent, commerçant de l’avenue Maguire.

Une résidente a fait valoir qu’elle choisira le marché IGA sur le chemin Saint-Louis, au lieu de Roset et du Jardin mobile, lorsque le stationnement payant sur Maguire sera construit.  

Ajustements possibles

Le problème de manque de stationnement est particulièrement criant à l’heure du midi et le soir, au souper. Le conseiller responsable de l’aménagement du territoire, François Picard, a mentionné que la consultation vise à apporter des ajustements, s’il y a lieu, au projet.

«On pourrait s’entendre avec un promoteur qui pourrait développer plus de cases de stationnement, s’il est prêt à en défrayer les coûts», a-t-il suggéré. En dollars d’aujourd’hui, il en coûte environ 15 000$ pour construire chaque case de stationnement. Quant aux bornes de stationnement payantes le long de l’Avenue Maguire, M. Picard a souligné que la Ville de Québec n’en est pas encore rendue à cette étape.

Quatre étages maximum

La conseillère municipale de Sainte-Foy – Sillery Francine Lortie a souligné qu’il n’y a pas de projet sur la table pour le moment. De son côté, la conseillère en urbanisme à la Ville de Québec, Joëlle Carpentier, a précisé que deux étages sera le nombre minimum pour le futur bâtiment et quatre étages le nombre maximum.

«L’immeuble devra respecter les normes d’implantation en vigueur et ne devra pas dépasser 14 mètres de hauteur. Le lien piétonnier sera conservé entre l’avenue Maguire et la rue des Maires-Timmony, où va s’implanter le stationnement souterrain», a indiqué Mme Carpentier.

Groupe Québec Hebdo.

Prochaines étapes à venir

4 juillet 2013: avis de motion et adoption du projet de règlement

28 août 2013: adoption du règlement

Automne 2013: vente du terrain par appel d’offres

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *