Actualités
20:36 12 septembre 2013 | mise à jour le: 12 septembre 2013 à 20:36 Temps de lecture: 3 minutes

De la production cellulaire fabriquée à Québec

La Ville de Québec pose un premier jalon dans le développement de l’espace d’innovation Michelet, avec l’arrivée du complexe C-LAVIE d’Héma-Québec, destiné à la production cellulaire.

Le bâtiment de près de 4 000 mètres carrés représente un investissement de 21,5 M$. Le début des travaux se fera à l’automne 2014, de sorte que le complexe soit en fonction en 2017.

Dans les premières années, le bâtiment servira à fabriquer des produits cellulaires et tissulaires standardisés pour des études cliniques, que ce soit la fabrication de la vessie, de peau ou de cornée. Ces produits, fabriqués à partir de cellules souches, représentent un espoir de traitement pour des patients atteints de cancer, de maladies infectieuses et qui subissent une chirurgie.

Le ministre de la Santé, Réjean Hébert, a précisé que grâce à la modification de la loi 29, le rôle d’Héma-Québec peut être élargi et ne se limite plus seulement au sang et au lait maternel, mais aux autres produits biologiques. «On n’aurait pas pu faire ça sans modifier cette loi», a-t-il mentionné.

Économies potentielles de 5 M$

À moyen et long terme, le complexe servira à la production à grande échelle pour des médicaments cellulaires approuvés. L’objectif est d’accélérer le passage de la recherche vers l’utilisation clinique et de fournir des médicaments à moindres coûts aux hôpitaux québécois.

Selon le ministre Hébert, des économies de 5 M$ peuvent être créées grâce à ce projet, puisque cela évitera de transférer des patients atteints de leucémie vers les États-Unis pour poursuivre leur traitement.

De son côté, le président et chef de la direction d’Héma-Québec, Dr Jean De Serres, précise que ce nouveau mandat sera complémentaire aux activités courantes d’Héma-Québec. «Notre organisme transforme et distribue déjà toute une gamme de produits d’origine humaine, dont plus de 25 médicaments préparés à partir du sang, et 17 tissus humains et produits de cellules souches», de conclure Dr De Serres.

Plus de 65 emplois

«Il y a 12-13 ans, il n’y avait pas de stratégie de développement économique possible. Il faut diversifier l’économie de la Capitale-Nationale. Le complexe va générer 50 emplois et plus de 65 en 2017. Nous espérons que de tels partenariats inciteront d’autres organismes à s’installer ici», a mentionné la ministre responsable de la région de Québec, Agnès Maltais.

Le maire de Québec, Régis Labeaume, souligne qu’il s’agit d’une première au Canada. «Nos plus proches compétiteurs sont les Américains. Il y a un marché pour le tissu humain. On a d’autres projets», a-t-il avancé, sans vouloir en dire davantage.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *