L'Appel
08:06 6 décembre 2021 | mise à jour le: 6 décembre 2021 à 10:06 Temps de lecture: 5 minutes

Martin Deschamps inspire les jeunes dans leur différence

Martin Deschamps inspire les jeunes dans leur différence
Photo: Métro Média - François CattapanLe temps d’un spectacle intime à l’école Madeleine-Bergeron, le rockeur Martin Deschamps est venu insuffler une dose de confiance aux élèves qui vivent avec un handicap.

RENCONTRE. Généreux de sa personne, Martin Deschamps ne manque pas une occasion de promouvoir l’essor des personnes qui vivent avec un handicap. Il n’hésite jamais à profiter de son statut de vedette de la scène musicale québécoise pour servir d’exemple d’accomplissement malgré les barrières physiques. Surtout auprès de la jeunesse.

Ce message d’espoir, le rockeur est venu le transmettre aux jeunes qui fréquentent l’école spécialisée Madeleine-Bergeron. L’établissement à vocation suprarégionale basée dans le secteur Cap-Rouge accueille des élèves de 5 à 21 ans atteints d’une déficience motrice ou une maladie organique. L’artiste arrive aisément à se mettre dans la peau de son auditoire particulier et sent le devoir de leur montrer le chemin.

C’est à l’occasion d’un nouveau départ dans sa jeunesse que Martin Deschamps a découvert sa passion pour la musique. Photo Métro Média François Cattapan

«Il me manque une jambe, une partie d’un bras et plusieurs doigts, mais comme vous tous je possède l’essentiel. J’ai le cœur à la bonne place et la volonté de faire ma place dans la vie. Rien ne peut nous arrêter, parce que les personnes différentes, nous avons une force bien spéciale. C’est un mélange d’assurance et de détermination, qui nous permet d’avancer pour atteindre nos rêves», insiste Martin Deschamps.

Celui qui a toujours pu compter sur le soutien de ses proches se dit conscient de la chance qu’il a eue. Ses parents ont d’ailleurs dû se battre jusqu’en cour, dans les années 1970, pour que leur fils intègre l’école régulière. Ils ont eu gain de cause et même fait congédier le directeur borné de l’époque, qui «ne voulait pas accepter d’handicapés» dans son établissement primaire. Au début, sa différence et sa personnalité optimiste, malgré ses limitations, «ont favorisé les relations avec ses amis bipèdes», rigole-t-il.

Puis, il y a eu le déménagement de Montréal vers la campagne de Rawdon, en 5e année. Une sorte de nouveau départ vers l’inconnu, où tout était à recommencer. «Mais, le changement s’avère aussi une porte ouverte sur de nouvelles opportunités. C’est alors que j’ai connu mon ami Martin Lalancette, qui m’a impressionné par son talent de guitariste. Depuis ce temps, la musique est devenue le centre de ma vie», raconte le rockeur recruté par Offenbach avant de poursuivre en solo. En guise de mot de la fin, il encourage les jeunes à suivre leur passion, car c’est la meilleure voie pour tisser de solides amitiés.

«Je suis heureux de partager mon vécu et de servir de modèle de persévérance à ces jeunes qui affrontent la vie avec courage malgré leur différence.» – Martin Deschamps

Projet musical

Le passage du rockeur coïncidait avec le lancement d’un projet musical collaboratif visant à «Unir la différence». Photo Métro Média François Cattapan

La visite de Martin Deschamps visait initialement à souligner la Journée internationale des personnes handicapées, décrétée chaque 3 décembre. Faisant d’une pierre deux coups, son mini concert privé revêtait également un volet motivateur. Le parcours inspirant du chanteur a servi de prélude au lancement d’un projet musical collaboratif, organisé par les enseignants de musique des écoles Madeleine-Bergeron et Oraliste de Québec.

Intitulé «Unir la différence au-delà des mots et des sons», l’initiative veut mettre de l’avant les talents musicaux des élèves de ces deux établissements spécialisés. Aspect original parmi tant d’autres de la démarche, ce sont les jeunes ayant des difficultés d’audition et d’élocution (Oraliste) qui relèveront le défi de composer les paroles. De leur côté, les jeunes aux prises avec des difficultés motrices (M-Bergeron) élaboreront la musique et le mouvement.

«L’idée s’appuie sur la recherche scientifique qui démontre que l’apprentissage de la musique consolide le développement physique, affectif, social, langagier et cognitif des élèves qui ont des troubles divers. Au terme de l’année scolaire, notre intention est de monter un spectacle et de consigner l’expérience dans un livret souvenir. Deux buts sont ciblés. D’une part, faire prendre conscience aux participants qu’ils peuvent mettre en valeur leurs talents musicaux. D’autre part, sensibiliser la société à la réalité de nos élèves et démontrer leur grand potentiel créatif», expliquent les professeurs de musique Marie-Dominique Boivin et Jonathan Bolduc.

Le musicien vedette entouré de Marie-Dominique Boivin et Jonathan Bolduc, respectivement professeurs de musique à l’école Madeleine-Bergeron et à l’école Oraliste. Photo gracieuseté

Métro Média

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.