L'Appel
07:28 3 juillet 2021 | mise à jour le: 3 juillet 2021 à 10:14 Temps de lecture: 2 minutes

La densification rapide inquiète dans le secteur des campus

La densification rapide inquiète dans le secteur des campus
L’addition des immeubles à condos sur les hauteurs à Saint-Augustin fait craindre pour l’augmentation de circulation et la surcharge des services municipaux. /Photo Métro Média – Archives

URBANISME. Des résidents du secteur des campus à Saint-Augustin s’inquiètent de voir la multiplication des immeubles à condos sur la rue Lionel-Groulx. Faisant le décompte devant le conseil municipal, Mathieu Blouin et André Villeneuve disent en compter une douzaine déjà, alors que cinq autres s’annoncent. Les deux voisins s’interrogent quant aux impacts sur la gestion de la circulation et des services, ainsi que sur l’image bucolique et paisible de la municipalité.

Le maire Sylvain Juneau reconnaît que la situation peut s’avérer préoccupante à certains égards, surtout que le portrait n’est pas simple. La Ville ne peut revenir sur le passé. Les édifices en place sont là pour rester. Et il y en aura d’autres, alors que déjà la circulation se complique sur les artères de l’Hêtrière et Saint-Félix.

«Malheureusement, l’ancienne administration municipale a laissé le secteur au bon vouloir des promoteurs. On est coincé avec les autorisations accordées et les ententes intervenues. Personne ne souhaite du développement à outrance, parce que plus le secteur des campus se développe et plus la valeur de notre parc immobilier fait grimper la quote-part d’agglomération. À terme, après avoir rendu les services, il ne reste rien de ces beaux revenus additionnels», indique le maire de Saint-Augustin.

Pas de contradiction

Il précise ne pas faire partie de ceux qui prônent le développement à tout prix. Par ailleurs, il ne voit pas de contradiction avec le développement industriel, car les services sont moindres et les revenus de taxes sont trois fois plus importants. Le conseil municipal se dit conscient du problème et souhaite agir dans la mesure de ses capacités réglementaires. On ne peut retourner en arrière, mais on fonde de l’espoir sur la révision du plan d’urbanisme qui remonte à 1985.

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *