L'Appel
15:47 30 juin 2021 | mise à jour le: 5 juillet 2021 à 19:01 Temps de lecture: 3 minutes

Nouvelle version du mur anticrue pour la rivière Lorette

Nouvelle version du mur anticrue pour la rivière Lorette
Les riverains de la rivière Lorette pourraient finalement voir remplacer les sacs de sable par un mur anticrue attendu depuis des années. /Photo Métro Média – Archives

ENVIRONNEMENT. La solution optimale au problème d’inondations récurrentes de la rivière Lorette serait à portée de main. Suivant l’échec initial du projet de mur anticrue devant le BAPE, la Ville de Québec, au nom de l’agglomération, vient de déposer une version révisée et atténuée de l’infrastructure. Le projet évalué à 35M$ semble satisfaire aux exigences gouvernementales en matière environnementale, au point où la mise en chantier pourrait être entreprise d’ici 2023.

Une présentation virtuelle du concept revu a été faite aux résidents riverains concernés. Quatre ans après le rejet de la mouture initiale, les représentants de la Ville de Québec se montrent optimistes. On pense pouvoir aller de l’avant avec la dernière étape du réaménagement. La nouvelle proposition aurait obtenu la faveur du ministère de l’Environnement et de la Lutte aux changements climatiques (MELCC).

La conception réalisée en collaboration avec les partenaires au dossier a certes contribué au succès de la nouvelle démarche. Le projet de 2017 a été bonifié et reconfiguré en tenant compte de la trentaine d’avis émis par le BAPE. Plus que jamais, l’espoir est permis de voir atténuée et résolue définitivement la situation qui a notamment mené aux importants débordements en 2005 et en 2013.

Évolution positive

En assemblée du conseil municipal, le maire de L’Ancienne-Lorette a salué l’évolution des laborieux pourparlers de façon fructueuse et positive. «La pire chose est de laisser les résidents dans l’ignorance. Nous nous sommes engagés à faire notre part pour les tenir informés au fil des étapes à franchir et des interventions à venir», insiste Gaétan Pageau.

De son côté, le conseiller municipal du secteur touché souligne qu’il a fallu réactiver le dossier pour qu’il aboutisse à du concret afin de répondre aux craintes et attentes des citoyens sinistrés. «Ce n’est pas parfait, concède Charles Guérard, mais ça va régler un problème important plus de 15 ans après les premières inondations. Le point positif, c’est qu’on a un plan et des échéanciers. Tous les acteurs sont prêts à agir.»

Remplacement des sacs

Prévu pour s’étendre sur une longueur de 3,4 kilomètres, le futur mur anticrue viendra remplacer les imposants sacs de sable disposés à des endroits critiques le long de la rivière Lorette. Sa hauteur devrait se limiter à 0,7 mètre en zone résidentielle, mais pourrait atteindre de 0,9 à 2 mètres en zone commerciale. À noter que chaque citoyen concerné sera consulté sur l’installation finale du mur. Il y aura aussi négociation pour l’acquisition de servitudes, afin d’installer le mur sur les rives des terrains.

À la demande du MELCC, les berges seront renaturalisées par endroit entre le cours d’eau et le mur, pour aider la nature à reprendre ses droits. Le coût global de l’ensemble des travaux est estimé à 35M$. Cette somme s’ajoute aux 40M$ déjà injectés dans les infrastructures et réaménagements visant à limiter les crues dévastatrices de ce petit cours d’eau encaissé en milieu urbain.

Échéancier des étapes à venir

  • Septembre 2021: décret gouvernemental
  • Automne 2021: arpentage et ingénierie en vue de l’implantation du mur
  • Printemps 2022: rencontres individuelles des propriétaires
  • Automne 2022: plans et devis pour autorisations et soumissions
  • Année 2023-24: réalisation des travaux

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *