L'Appel
07:53 28 juin 2021 | mise à jour le: 28 juin 2021 à 08:38 Temps de lecture: 3 minutes

BOSK lance sa production de bioplastique

BOSK lance sa production de bioplastique
Cette première ligne de production du bioplastique Regen est une phase-clé du développement de l’entreprise de Québec. /Photo gracieuseté

ENVIRONNEMENT. Grâce au soutien gouvernemental, l’entreprise de Québec BOSK Bioproduits lance la production de Regen. Ce bioplastique compostable fort prometteur est fait entièrement d’ingrédients biosourcés et non-toxiques.

Outre ses propriétés écoresponsables, la matière offerte sous forme granulée aux manufacturiers de produits en plastique peut servir à fabriquer pratiquement n’importe quel article. Mentionnons, par exemple, des bouchons, des pots pour cosmétiques, des filaments à impression 3D, ou de la vaisselle pour enfant. Basé sur le modèle d’économie circulaire, Regen a la qualité rare d’être compostable. Cela permet de réduire les déchets de plastique pétrochimique, et ce, en complémentarité avec le recyclage de résidus forestiers.

«Avec Regen, nous apportons une solution concrète à l’industrie manufacturière qui se trouve à la croisée des chemins. Cela répond à l’ajout récent des produits manufacturés en plastique à la liste des substances toxiques de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement. Notre matière biosourcée ne contient pas d’additifs chimiques toxiques ni de pétrole. Elle peut se substituer aux matières plastiques pétrochimiques pour réduire leur accumulation à la source», affirme Laurence Boudreault, directrice générale de BOSK Bioproduits.

En plus de contribuer à réduire les déchets de plastique, BOSK a aussi développé une technologie unique au monde. Celle-ci permet de transformer des sous-produits inexploités de l’industrie papetière en PHA (polyhydroxyalcanoates). Il s’agit de l’ingrédient-clé qui compose Regen.

Développement et avenir

Cette première ligne de production est une phase-clé du développement de l’entreprise de Québec. La prochaine étape pour l’entreprise consistera à faire croître en parallèle la capacité de production de PHA et de Regen, de façon à répondre à la demande dans un marché qui prévoit une forte croissance de 8% par année selon le Nova Institute.

«La ligne de production va nous permettre de faire croître notre clientèle. Ce premier jalon sera suivi d’une hausse graduelle de notre capacité de production pour atteindre 20 000 tonnes de bioplastique d’ici cinq ans. Nous visons construire des usines de bioplastique directement sur des sites papetiers au Québec, au Canada et au-delà de nos frontières», indique Paul Boudreault, président de BOSK Bioproduits.

Rappelons que BOSK peut aujourd’hui offrir ses bioplastiques compostables grâce à un soutien financier combiné de 2M$. Cette somme provient de Ressources naturelles Canada, du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs du Québec et de Développement économique Canada (DEC). C’est aussi avec l’appui obtenu auprès de la BDC et la BMO que l’entreprise a été en mesure de compléter le financement de son projet.

La vice-première ministre du Québec et ministre responsable de la Capitale, Geneviève Guilbault, a procédé au lancement de la production chez BOSK Bioproduits. Elle était accompagnée de Paul Boudreault, président de BOSK, Mario Asselin, député de Vanier Les Rivières, Laurence Boudreault, directrice générale de BOSK, et France Beaulieu, vice-présidente financement Québec Est de la BDC. /Photo gracieuseté

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *