L'Appel
17:33 9 juin 2021 | mise à jour le: 9 juin 2021 à 18:11 temps de lecture: 2 minutes

L’Aquarium attristé par le décès de l’ours blanc Eddy

L’Aquarium attristé par le décès de l’ours blanc Eddy
L’ours polaire Eddy était apprécié pour ses espiègleries et ses prouesses aquatiques. /Photo gracieuseté - Sépag Francis Doucet

VIE ANIMALE. Le principal occupant du nouvel enclos des grands ours polaires n’aura pas profité longtemps de l’amélioration de milieu de vie. L’Aquarium du Québec annonce à regret le décès de son pensionnaire de longue date, Eddy, à l’âge de 21 ans. Une nouvelle qui attriste autant le personnel que tous ceux qui se sont attachés à cette figure emblématique du site au fil des ans.

«Ces dernières semaines, une mue anormale a été observée chez Eddy. Les équipes de santé animale ont procédé à des analyses sanguines et les résultats ont démontré une augmentation des paramètres rénaux. Ce qui témoigne d’une dégradation de la fonction rénale. Il s’agit d’une situation fréquente chez les ours blancs âgés. L’espérance de vie d’un ours blanc en institution zoologique est de 17 ans», précise Simon Boivin, responsable des relations médias à la Sépaq.

Dysfonction rénale fatale

Il ajoute que sur les recommandations de l’équipe vétérinaire de l’Aquarium, il a été décidé de faire un examen de santé plus poussé à la Faculté de médecine vétérinaire de Saint-Hyacinthe. Les résultats n’ont pas permis de cibler la cause exacte du dysfonctionnement des reins. Ce n’est que dans les derniers jours que son bilan de santé s’est grandement détérioré. Son état étant irréversible et par souci de son bien-être et de sa qualité de vie, il a été décidé de procéder à une euthanasie humanitaire.

«Notre équipe a mis tout en œuvre afin d’offrir à Eddy les meilleurs soins de confort jusqu’à la toute fin. Il a été un membre important et apprécié de notre famille depuis de nombreuses années. Il manquera assurément autant à notre équipe qu’à nos visiteurs», souligne la directrice de la conservation de l’Aquarium du Québec, Mme Marie-Pierre Lessard.

Récemment optimisé au coût de 7,5M$, l’habitat des ours polaires accueille depuis peu trois autres colocataires. /Photo Métro Média – Archives

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *