Culture
07:18 5 mars 2021 | mise à jour le: 4 mars 2021 à 09:39 temps de lecture: 2 minutes

Terre-Nano: la fiction bien avant la réalité

Terre-Nano: la fiction bien avant la réalité
Publié aux éditions Québec Amérique, le livre jeunesse (+14 ans) de 408 pages est vendu 22,95$ en librairie. /Illustration gracieuseté

LECTURE JEUNESSE. Avant même l’émergence de la Covid-19, l’autrice Diane Bergeron a imaginé un roman dans lequel des contaminés aux «nanos» sont forcés de vivre sur des îles de quarantaine pour limiter la contagion. Bienvenue dans l’univers de Terre-Nano au pays des Mig’Maq, en l’an 2062, en pleine nouvelle crise sanitaire.

Publié aux éditions Québec Amérique, le livre jeunesse (+14 ans) de 408 pages est vendu 22,95$ en librairie. /Illustration gracieuseté

«Mathianne, jeune terre-neuvienne, est contrainte de déménager chez son père, un scientifique cherchant à découvrir une cure à la contamination. Laissant derrière Zak et Ashna, ses meilleurs amis, l’héroïne amorce un nouveau travail consistant à accueillir les arrivants sur l’île. Or, devant les mesures draconiennes prises par le gouvernement pour gérer la situation, des rebelles s’insurgent. La présence de militaires s’intensifie et le pays se retrouve au bord de l’éclatement, sans compter les morts qui s’accumulent…», relate-t-on dans le résumé de l’intrigue.

Brûlant d’actualité en raison de son sujet, ce roman de science-fiction réussit à s’éloigner de la réalité présente en abordant la biologie et la nanothérapie. Biologiste moléculaire de formation, l’autrice entraîne ses lecteurs dans une quête de liberté au cœur d’une aventure remplie d’intrigues et d’action. En filigrane, le récit aborde le maintien des rapports humains et les déchirements qu’impose l’adaptation à une nouvelle situation. Il soulève également des questions sur les limites de l’acceptable et l’espoir en l’avenir, dans un monde «zéro contact», où les larmes portent la mort.

À propos de l’autrice

Diane Bergeron est détentrice d’un doctorat en biochimie. Ses textes font bon usage de sa formation en recherche, qu’il soit question de science, d’histoire ou d’ethnologie. Elle a notamment signé les séries Biocrimes (Éditions Pierre Tisseyre) et Atlas (Soulières éditeur) et cumule 30 publications depuis 2003. Elle enseigne l’écriture pour enfants et adolescents à l’Université Laval et travaille comme réviseure linguistique.

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *