Actualités
11:32 24 février 2021 | mise à jour le: 24 février 2021 à 19:51 temps de lecture: 3 minutes

Trottoir non désiré sur la route Tessier à Saint-Augustin

Trottoir non désiré sur la route Tessier à Saint-Augustin
La ligne souterraine alimentera l’est du territoire à partir du poste Anne-Hébert, dans le parc industriel François-Leclerc. /Illustration gracieuseté

MUNICIPAL. «Oublions le débat autour de l’enfouissement d’une ligne électrique souterraine sous la route Tessier. Ce n’est pas ça le problème, c’est l’absence de consultation et d’écoute des résidents concernés. Les gens ne veulent pas de l’ajout d’un trottoir qui va briser leur terrain et éventrer la chaussée refaite en 2018. Il me semble qu’il faudrait considérer les gens qui y vivent», a insisté le conseiller municipal Marcel Desroches lors de la dernière assemblée publique.

Habitant lui-même sur cette artère depuis 2006, il insiste sur le fait qu’aucun propriétaire de l’endroit n’a jamais demandé l’installation d’un trottoir. «Moi ce que je vous dis, c’est que les gens n’en veulent pas de trottoir. Au pire, suggère M. Desroches, ouvrez la rue et faites passer le massif électrique au milieu. Mais oubliez le trottoir, les gens n’en veulent pas. C’est tellement simple et je pense qu’il est encore temps. Hydro-Québec serait bien contente de sauver cet investissement à ses frais.»

L’élu suggère à ses collègues d’arrêter de dire n’importe quoi au monde et surtout de ne pas les écouter. «C’est sûr que pour Hydro, le tracé sur Tessier est idéal. Mais, argue-t-il, le rôle du conseil n’est pas de s’assurer de l’intérêt de la société d’État, mais de celui de ses citoyens. On rit des gens en leur disant qu’il y aura une consultation sur le partage de la chaussée. Ce n’est pas ça qu’ils demandent. Quand on va être rendu là, il va être trop tard. C’est un bonbon, mais il ne sera question que de vélos et piétons, pas du stationnement ni du trottoir.»

Déjà voté

Contenant son agacement de voir les échanges s’éterniser dans ce dossier, le maire Sylvain Juneau rappelle que le projet a été appuyé à cinq contre un par le conseil municipal. Réfutant les insinuations selon lesquelles il aurait négocié en catimini, il mentionne que le dossier est à l’ordre du jour depuis l’automne 2019. Il invite les trois élus maintenant récalcitrants à relire l’ensemble des documents transmis par courriel avant de prétendre n’avoir pas été informés.

Le conseiller Jean Simard ajoute que «le dossier chemine depuis plus d’un an et il est difficile de remettre la pâte à dent dans le tube. Je comprends qu’en cours de route de nouvelles préoccupations semblent apparaître. Toutefois, l’accord est donné à Hydro-Québec et la décision a été rendue pour le bien et la sécurité de l’ensemble des citoyens. On s’y est engagé formellement et il y aura consultation pour le partage de la chaussée».

De l’information est disponible sur le site Internet de la Ville.

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *