L'Appel
16:12 27 janvier 2021 | mise à jour le: 28 janvier 2021 à 09:56 temps de lecture: 3 minutes

Rouler en mémoire de la libération de l’holocauste

Rouler en mémoire de la libération de l’holocauste
L’homme d’affaires et cycliste Louis Garneau a pédalé pour commémorer symboliquement la libération de l’holocauste. /Photo gracieuseté

VÉLO. Le 27 janvier marque la libération du camp de concentration d’Auschwitz, en 1945, par les Forces soviétiques. Depuis 15 ans, cette date est officiellement reconnue comme la Journée internationale de commémoration des victimes de l’holocauste. Localement, Louis Garneau Sports a mis la pédale à la roue pour honorer un survivant devenu un ami du fondateur de l’entreprise de Saint-Augustin.

Âgé de 86 ans, le cycliste Marcel Zielinski a été fait prisonnier des nazis avec ses parents et il a été libéré le 27 janvier 1945. Plusieurs membres de sa famille sont malheureusement décédés au camp, dont son père. Le jour de la libération, Marcel 10 ans, et d’autres Polonais sont partis à pied pour rejoindre leurs villages. Le garçon a dû marcher 100km pour retrouver sa maison occupée par des étrangers.

Ivan Waddell a participé à la mémoire de sa mère Véra et de sa famille, qui ont été marquées par les atrocités de l’holocauste. /Photo gracieuseté

Symboliquement, 10 cyclistes, incluant l’olympien canadien Ivan Waddell, dont la famille a aussi été victime de l’holocauste, ont roulé individuellement 10 km de fat bike. Ils ont ainsi cumulé 100km de vélo, pour équivaloir à la distance parcourue à pied par l’invité spécial, à la fin de la 2e Guerre mondiale.

Résilience

«J’ai encore de la misère à dormir la nuit. Je pense à ce temps de ma vie. Je ne fais pas de cauchemar, mais ma pression monte. Je ne peux pas pardonner, mais je ne peux pas avoir de la haine pour le reste de mes jours non plus. C’est mon message, car il est beaucoup plus facile de vivre avec de l’amour qu’avec de la haine», exprime M. Zielinski.

«J’ai rencontré Marcel il y a un an en Floride et nous nous sommes liés d’amitié dès notre première rencontre. Marcel a lui aussi fait des courses de vélo quand il était jeune. Nous roulons ensemble en plus d’avoir partagé nos histoires. Nous sommes maintenant amis pour la vie. Il est l’exemple parfait de la résilience chez l’être humain», affirme Louis Garneau, très touché par la visite de son ami à Québec.

Le survivant et ingénieur à la retraite chez Bombardier, Marcel Zielinski, a pris part à l’activité en son honneur. Il est entouré de Louis Garneau et Ivan Waddell, qui portent des tuniques de prisonniers qui lui rappellent de mauvais souvenirs. /Photo gracieuseté

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *