Actualités
08:12 25 janvier 2021 | mise à jour le: 25 janvier 2021 à 13:39 temps de lecture: 3 minutes

Toujours rien de concret pour l’ex-quartier militaire

Toujours rien de concret pour l’ex-quartier militaire
Pour l’instant, l’avenir du quartier d’une superficie de 14 hectares (140 000m2) demeure toujours nébuleux. /Photo Métro Média – Archives

URBANISME. La patience est de mise au sujet du réaménagement de l’ancien quartier militaire de Sainte-Foy. Bien que rasé depuis plus d’un an, il semble que ce n’est pas demain la veille du jour où on verra ériger des immeubles à logements sur ces terrains vacants.

Questionné sur le sujet lors d’un point de presse sur une autre annonce de logements, le maire de Québec a confié qu’il n’y avait rien de neuf pour l’instant. Il rappelle que les pourparlers intergouvernementaux sont complexes et longs. Encore davantage lorsqu’ils impliquent quatre paliers décisionnels. Propriétaire des lieux, le fédéral veut s’entendre avec les instances provinciales et municipales. En parallèle, il se montre sensible aux revendications de la nation huronne et souhaite en faire un projet réconciliateur.

«Wendake vient de se donner un nouveau chef en Rémy Vincent. On va lui laisser le temps d’arriver et de prendre connaissance du dossier. Une chose est sûre, il arrive avec une attitude de collaboration et de partenariat comme nous. Pour l’instant, il n’y a eu qu’une seule réunion de discussion avec l’ensemble des parties. Va falloir se donner du temps», observe Régis Labeaume.

Du logement ou…

Rappelons que lors du lancement du chantier du manège du 35e RGC, la Ville avait clairement signifié son désir. Le site névralgique sur le boulevard Hochelaga, derrière les grands centres commerciaux est désigné pour accueillir des immeubles commerciaux et des appartements de prestige. Du côté de Wendake, on reste secret sur les intentions à l’égard de ces terrains ancestraux. Chose certaine, la nation se trouve à l’étroit sur son territoire enclavé. Depuis longtemps, elle désire élargir ses horizons.

À l’époque, le ministre fédéral Jean-Yves Duclos avait déclaré que «les Forces armées canadiennes sont à revoir l’usage de ces terrains, afin de créer des opportunités pour la région de Québec. On aimerait que ce soit le plus rapide possible, tout en s’assurant que ce soit les bonnes choses à faire pour la communauté». Il ne pouvait donc s’avancer à préciser tout échéancier.

Lire notre article précédent au sujet d’une consultation publique sur le devenir de ses terrains centraux.

Les bâtiments et résidences de l’ancien quartier militaire le long d’Hochelaga ont été rasés il y a plus d’un an déjà. /Photo Métro Média – Archives

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *