L'Appel
07:36 14 janvier 2021 | mise à jour le: 14 janvier 2021 à 18:24 Temps de lecture: 5 minutes

Petit projet de patinoire pourrait devenir grand à Saint-Augustin

Petit projet de patinoire pourrait devenir grand à Saint-Augustin
Les bénévoles à l’origine de l’initiative citoyenne souhaitent susciter un intérêt pour que la Ville de Saint-Augustin intègre l’activité à ses loisirs d’hiver en 2022. /Photo gracieuseté – Marc Cantin

PLAISIRS D’HIVER. Depuis le retour des Fêtes, les amateurs de patin augustinois peuvent profiter d’un sentier glacé sur le lac Saint-Augustin. Créée de toute pièce par un groupe de riverains désireux de bénéficier du site durant la saison froide, l’initiative vise à devenir un rendez-vous annuel. Une éventualité qui intéresse déjà la Ville, afin d’assurer la pérennité du projet… dès l’an prochain.

Rapidement, le tracé sinueux déneigé par des bénévoles équipés de VTT a connu une grande popularité par le simple bouche-à-oreille. Des dizaines voire des centaines de patineurs ont envahi l’anneau de glace improvisé consistant en une boucle de 1km de long sur le lac Saint-Augustin. Pour l’instant, les artisans du projet privé veulent garder sa portée locale pour des considérations techniques. Des discussions et des rencontres ont eu lieu avec le maire et des fonctionnaires, en vue d’orchestrer la suite des choses.

«Les initiateurs souhaitent rester modestes, pour ne pas déclencher un engouement régional. Il y a plusieurs juridictions en jeu et on craint de se faire interdire l’accès si l’affluence devient trop forte. L’objectif consiste d’abord à se réapproprier l’usage local du plan d’eau en hiver. Par la même occasion, on vise à susciter l’intérêt de la Ville, afin qu’elle reprenne l’idée à sa charge. À ce moment-là, on pourrait penser avoir une portée plus large, un peu comme la patinoire de Lac-Beauport», signale Martin Maranda, instigateur d’une pétition en ce sens.

Profiter du lac en hiver

Mis en ligne sur le réseau social Facebook, le document qui compte déjà près de 1500 signatures sera déposé aux élus du conseil. Son but vise clairement à favoriser l’usage du lac Saint-Augustin en hiver et, surtout, à passer le flambeau au palier municipal. Certains fondent l’espoir que l’endroit devienne une des plus belles patinoires de la région, lorsque la Ville en prendra charge. D’autres y voient même une occasion de mieux servir les citoyens du secteur.

«Il faut dire qu’à l’est du territoire, on se sent un peu comme les parents pauvres dans cette municipalité. Seule une poignée de résidents immédiats peuvent profiter du plan d’eau en été. Les autres, même s’ils demeurent à proximité, n’y ont pas vraiment accès. En hiver, c’est à peine plus démocratique, car malgré le potentiel, le lac n’est utilisé que par des motoneigistes, des quadistes, des patineurs privés et des amateurs de kite ski», témoigne le citoyen local Marc Cantin.

Amorcé par un groupe de citoyens, le projet de sentiers glacés pourrait être repris par la municipalité pour devenir un loisir hivernal. /Photo gracieuseté – Marc Cantin

Intention favorable à la Ville

Du côté de l’hôtel de ville, le maire Sylvain Juneau confirme l’intérêt du conseil municipal, en vue d’analyser la possibilité de prendre en charge l’initiative citoyenne dans l’avenir. En assemblée publique extraordinaire de début d’année, il a même invité ses concitoyens à manifester leur volonté en appuyant la pétition à ce sujet. Cependant, pour cet hiver, la Ville ne peut cautionner le projet de patinoire sur le lac, pour des raisons de sécurité et de responsabilité civile.

«L’idée paraît très bonne et il faut regarder comment l’intégrer dans nos activités de loisir. Toutefois, cela ne pourra être envisagé que pour l’hiver 2022, car plusieurs notions techniques, légales et de santé publique sont à considérer. La Ville doit se protéger d’ici à ce qu’elle chapeaute officiellement le projet. Celui-ci pourrait très bien s’arrimer à notre intention de réaménager une piste de ski de fond sur le périmètre du lac», explique M. Juneau.

La Ville réfléchit déjà à diverses éventualités, comme l’installation d’un bâtiment temporaire de services partagé pour les deux sports, ainsi que la gestion à l’interne ou par un sous-traitant. Entre-temps, pas question de lancer une invitation générale à se précipiter en masse sur le plan d’eau glacé. La prudence reste de mise et des pancartes en font le rappel aux abords de l’endroit.

«En remplissant ce formulaire, vous reconnaissez le potentiel récréatif hivernal du lac Saint-Augustin. Par le fait même, vous demandez au conseil municipal de Saint-Augustin-de-Desmaures d’explorer la possibilité que la Ville ajoute à son offre de services de loisirs l’exploitation – sécuritaire et en harmonie avec l’environnement – d’un anneau de glace en ce lieu.» – Message de la pétition FB

  • Voici le lien pour appuyer la pétition en faveur de la prise en charge de la patinoire sur le lac Saint-Augustin par la Ville.
  • Voici le lien pour visualiser une vidéo montrant l’ampleur du projet vu par un drone.
À ce jour, une vidéo présentant le projet de patinoire sur le lac Saint-Augustin a été vue plus de 20 000 fois. /Photo gracieuseté – Marc Cantin

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 2

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Camille Jobin

    Bonjour !

    Je suis journaliste pour CCAP.Tv, une télévision communautaire à Québec. Je trouve votre projet très intéressant, et j’aimerais avoir l’opportunité de discuter avec l’un des membres de ce projet.

    Si possible de me téléphoner, ce serait grandement apprécié. Merci et une excellente journée !

    Téléphone : 581-309-0940.

  • Jacques Légaré

    Il est impératif, si cette initiative est menée à son bon terme par la Ville, que la motorisation sur le lac soit interdite, sauf pour les équipements d’entretien de la glace.

    Deux bonnes raisons : la sécurité et l’écologie.

    Jacques Légaré, patineur et marcheur sur ce beau lac gelé…
    … mais fréquentation du lac impropre l’été en raison des odeurs, de la pollution de l’eau et de la motorisation insensée qui y est toujours permise.