L'Appel
07:21 2 janvier 2021 | mise à jour le: 3 janvier 2021 à 11:07 Temps de lecture: 8 minutes

Rétro 2020 de L’Appel: retour sur les moments marquants de l’année (partie II de IV)

Rétro 2020 de L’Appel: retour sur les moments marquants de l’année (partie II de IV)
Photo 123 RF

RÉTROSPECTIVE. En ce début d’année, L’Appel vous propose un retour sur les événements locaux qui ont retenu l’attention au cours des 12 derniers mois. Voici les principaux moments marquants d’avril à juin 2020.

Avril

  • Dans la nuit du 2 avril, en pleine gestion de crise sanitaire liée à la Covid-19, le maire Émile Loranger a été terrassé par une crise cardiaque. Celui qui dirigeait la Ville de L’Ancienne-Lorette depuis 37 ans est resté en poste jusqu’à la toute fin. La municipalité a annoncé dans un communiqué la perte aussi subite qu’inattendue de cet homme politique incontournable dans la région de Québec. Les messages de sympathies ont afflué des hôtels de ville de la région. Le décès étant survenu plus d’un an avant les élections municipales générales, un scrutin partiel a dû être tenu dans le respect des consignes sanitaires. Après approbation et report, celui-ci a pu avoir lieu à l’automne. Après 37 ans à la tête de L’Ancienne-Lorette, le maire Émile Loranger a été emporté par des complications cardiaques. /Photo Métro Média – Archives
  • En vue d’atténuer le stress financier que vivent certains, l’Université Laval instaure un fonds d’urgence. L’initiative visant à épauler les étudiants dans le besoin est dotée d’un montant initial de 500 000$. Cette aide de dernier recours sera établie en fonction de chaque situation et en tenant compte des prestations gouvernementales annoncées. Elle peut aller jusqu’à 1500$. Par ailleurs, le campus adapte son offre aux circonstances exceptionnelles liées à la Covid-19. C’est pourquoi tous les cours de la session d’été 2020 seront offerts à distance. Malgré l’aide d’urgence, ce n’est pas demain la veille qu’on verra le campus achalandé comme par le passé. /Photo Métro Média – Archives
  • Devant la pénurie de gel hydroalcoolique utile au respect des mesures sanitaires à l’entrée des commerces et édifices publics, des propriétaires de distilleries se sont relevé les manches. Après validation des besoins, ils ont converti leurs alambics pour en faire une production maison toute spéciale. Des initiatives du genre se sont concrétisées à la Distillerie Stadaconé, située dans Limoilou, chez Vice & Vertu, à Saint-Augustin, et à la Distillerie de Québec, située dans Charlesbourg. Le précieux désinfectant à main a été distribué en priorité aux services essentiels de la grande région de Québec. Un total de 21 000 litres d’alcool dénaturé a servi à la production de désinfectant. /Photo gracieuseté – Jean-Pierre Allard

Mai

  • Il n’est pas nécessaire d’être déployé dans le réseau de la santé pour faire preuve d’empathie envers ses acteurs et bénéficiaires, en temps de Covid-19. C’est ce que démontrent quatre étudiantes en médecine à l’Université Laval, en lançant l’initiative Alimenter la première ligne Québec. Ce projet de solidarité sociale est l’œuvre des médecins en devenir Pauline Brayet, Nadine Ezzeddine, Julie Montreuil et Jocelyne Vuong. En cette période de pandémie, leur intention consiste à ensoleiller les journées des héros de la santé, en leur fournissant des repas provenant des restaurants locaux. Passage ravitaillement à la boîte à pâtes Topla! pour deux membres de l’équipe, Pauline Brayer et Julie Montreuil. /Photo gracieuseté
  • Cycliste fervente de parcours longue distance, Ann Hackett estime que l’agrément dans l’accomplissement s’avère essentiel. Insatisfaite de ce que le marché avait à proposer, la résidente de Sainte-Foy formée en administration des affaires à l’Université Laval a décidé de marier intérêt et passion. C’est ce qui l’a motivée à lancer sa propre collection de vêtements de vélo, sous la marque Lekkla. La femme d’affaires reconnaît que l’offre est abondante, mais la satisfaction totale se fait rare. À son avis, le confort doit primer, surtout pour les longues randonnées. Devant le faible inventaire de produits offrant qualité optimale et distinction, elle décide d’y remédier. La collection 2020 des vêtements Lekkla propose des couleurs éclatantes et des motifs contemporains. /Photo gracieuseté – Lekkla
  • Les travaux de la phase III de la Promenade Samuel-De Champlain reprennent dans le secteur Sillery. Jusqu’à l’automne, les automobilistes doivent s’attendre à diverses entraves routières. D’après le ministère des Transports du Québec (MTQ), les interventions s’annoncent majeures. Il s’agit notamment de la réfection de la chaussée, la démolition du pont existant au-dessus de la voie ferrée, la construction d’un réseau pluvial et l’ajout d’une nouvelle structure. Ce vaste chantier est essentiellement concentré sur le boulevard Champlain, entre les côtes de Sillery et Gilmour. La phase III de la promenade Samuel-De Champlain prévoit, entre autres, la reconfiguration de l’artère et l’aménagement d’une plage. /Illustration gracieuseté – Ville de Québec
  • Amis d’enfance ayant partagé la passion du hockey de compétition puis l’intérêt pour l’entrepreneuriat, il était naturel que Yannick Martel et Vincent Guay-Brooks s’associent en affaires. Cette complicité se poursuit au sein de l’entreprise de traitement de pelouse Bionaissance, qu’ils ont fondée dans l’espoir de faire avancer une industrie longtemps restée campée sur ses bases. Cet attrait pour les services d’entretien paysager s’est imposé en toute logique. Les deux associés cherchaient à se lancer en affaires, tout en complétant leurs études en hiver. Une entreprise saisonnière s’avérait donc idéale. Ainsi, de septembre à avril, ils étudiaient et de mai à septembre, ils développaient leur compagnie. Objectif: combler la demande et remédier à l’insatisfaction. Éviter les produits chimiques et faire avancer le traitement de pelouse ont motivé la création de Bionaissance. /Photo Métro Média – Archives

Juin

  • Malgré la crise sanitaire qui limite les présentations publiques, la Ville de L’Ancienne-Lorette poursuit sa réforme urbanistique. Un long processus d’information et de consultation virtuelle des citoyens prendra forme durant l’été. Les élus ont précisé que le futur règlement omnibus visera à simplifier la gestion du zonage. Environ 75 aspects sont concernés. Il s’agit d’éléments mineurs, comme la disposition de clôtures, cabanons, piscines et espaces de stationnement. L’objectif consiste à moderniser la réglementation qui date de 1989 et à réduire le recours aux dérogations mineures. Le futur règlement omnibus sur l’urbanisme veut faciliter la demande de permis des Lorettains pour les projets mineurs comme les cabanons, clôtures et piscines. /Photo Métro Média – Archives
  • Il y a de la fébrilité dans les laboratoires de Medicago. La pharmaceutique de Québec confirme avoir réalisé des tests concluants avec son candidat-vaccin contre la Covid-19. Les résultats initiaux s’annoncent intéressants. L’injection d’une dose unique a favorisé la création d’anticorps en à peine 10 jours chez la souris. L’entreprise installée dans le parc technologique poursuit sa phase test avant d’envisager des essais cliniques sur les humains. Elle doit d’abord s’assurer que le vaccin à base de plantes n’induit pas d’effets indésirables. Si tout se déroule comme prévu, la pharmaceutique estime pouvoir produire des millions de doses d’ici le début de 2021. Le candidat-vaccin de Medicago s’avère prometteur, mais il reste des étapes à franchir. /Photo gracieuseté
  • Devant l’impossibilité de pratiquer la majorité des sports et loisirs, mesures sanitaires obligent, le vélo s’est imposé ce printemps. Rare activité respectant la distanciation physique imposée par la Santé publique pour contenir la propagation du coronavirus, la demande a littéralement explosé. Si les principaux détaillants de la région de Québec se frottent les mains, comme en témoignent les porte-parole de Lessard Bicycles, Sports Olympe et Performance Bégin, ils doivent aussi satisfaire une demande importante et inattendue. De plus, la situation particulière actuelle oblige une restriction de la circulation en magasin, alors que la clientèle se fait plus abondante que jamais. Voilà qui impose des défis de gestion de l’expérience client autant que des inventaires. Depuis le Salon Info Vélo, en mars, l’attrait pour ce loisir croît à la faveur du confinement imposé par la Covid-19. /Photo Métro Média – Archives
  • Pressentie depuis un bout de temps déjà, la fin des activités du Centre de loisirs Pie-XII se concrétisera bientôt. La plupart d’entre elles seront transférées vers l’ancien Centre de formation aux adultes (CFA) Saint-Exupéry. La conversion doit s’amorcer à la fin de l’été. Cette éventualité ne surprendra personne puisqu’elle est envisagée par la Ville de Québec depuis 2017. La désuétude du vieux bâtiment du boulevard Pie-XII est évoquée pour justifier ce déménagement vers la rue Valentin, 1,5km plus au sud. Le réaménagement doit se concrétiser pour une mise en service complète en 2021. Toutefois, la reprise des activités est retardée par l’imposition des consignes sanitaires. Vétuste, le Centre de loisirs Pie-XII sera rasé pour faire place à des logements. /Photo Métro Média – Archives

Pour lire la suite des événements marquants pour la période de juillet à septembre, cliquez ici

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *