L'Appel
13:12 3 décembre 2020 | mise à jour le: 3 décembre 2020 à 14:24 Temps de lecture: 3 minutes

L’Université Laval maintient son dynamisme malgré la pandémie

L’Université Laval maintient son dynamisme malgré la pandémie
Photo: /Image tirée d’une vidéoLa rectrice de l’Université Laval, Sophie D’Amours, a dressé le bilan des réalisations de la communauté universitaire, en cette année spéciale marquée par la pandémie.

ÉDUCATION. Crise sanitaire oblige et pour boucler une année inédite, c’est en mode virtuel que la direction de l’Université Laval dressé son bilan annuel. Cette situation toute particulière n’a pas empêché le campus de Québec de mener à terme plusieurs défis et réalisations.

D’entrée de jeu, la rectrice Sophie D’Amours a souligné que cette année difficile a été marquée par de grands accomplissements. Elle salue l’ingéniosité et le sens du devoir de toutes les ressources de l’Université, qui ont maximisé les efforts pour donner les services, en dépit du confinement forcé par la pandémie. L’année 2021 s’amorce avec confiance et résilience.

Accompagnée en ligne des membres de la direction, elle a mis en lumière quelques éléments marquants de l’année 2019-20. Voici quelques exemples parmi les nombreuses histoires inspirantes, les projets exceptionnels et les succès des membres de la communauté:

  • Avec des scientifiques provenant de neuf pays, le professeur Philippe Archambault a découvert que les 15 000 espèces de poissons dans nos océans sont fortement interconnectées. Une percée majeure reconnue à l’international.
  • La militante bien connue Michèle Audette est devenue conseillère principale à la réconciliation et à l’éducation autochtone. La création de ce poste se veut une main tendue vers les Premiers Peuples.
  • Un montant record de 4,4M$ a été reçu par des entreprises émergentes accompagnées par Entrepreneuriat Laval. C’est le cas d’Omy Laboratoires, qui développe des produits biocosmétiques personnalisés.
  • Le cartothécaire Stéfano Biondo, le géographe Benoît Lalonde et le professionnel de recherche Hicham El Hachemi ont développé une carte interactive de l’évolution de la Covid-19 au Québec, consultée plus de 600 000 fois en quelques mois.
  • L’Université Laval se classe au 41e rang mondial de Times Higher Education, qui évalue l’impact des universités et leur capacité à transformer le monde. Il s’agit du meilleur classement parmi les universités québécoises.
  • De généreux donateurs ont permis à l’Université Laval de verser 1,2M$ en bourses au plus fort de la crise. Ainsi, Aimée Diop, originaire de Dakar au Sénégal, a pu poursuivre sa maîtrise en biogéoscience, grâce à une bourse de précarité Covid-19.
  • La création de l’Institut intelligence et données permet de regrouper des expertises fortes en intelligence artificielle et en valorisation des données. L’objectif vise à positionner Québec comme un joueur majeur dans ce créneau à l’échelle mondiale.
  • Enfin, l’administration est en voie d’atteindre l’équilibre financier, avec un surplus de 200 000$ sur un budget supérieur à 1G$. De plus, des investissements de 80M$ ont été réalisés dans les équipements, dont l’annonce d’un projet attendu de nouvelle résidence pour étudiants.

«Cette année a été forte en émotions. Les membres de la communauté universitaire ont été audacieux et proactifs. Leur capacité à transformer notre université et à poursuivre notre mission dans un contexte de pandémie majeure me rend très fière. Ce 3e rapport à la communauté rappelle notre désir de reconnaître tout le talent et le savoir de notre monde universitaire.» – Sophie D’Amours, rectrice de l’Université Laval

Pour connaître tous les détails et les faits saillants de cette année universitaire particulière, consultez le Rapport à la communauté 2019-2020.

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *