Actualités
07:33 23 octobre 2020 | mise à jour le: 22 octobre 2020 à 11:46 temps de lecture: 3 minutes

Mainmise levée sur la route 138 à Saint-Augustin

Mainmise levée sur la route 138 à Saint-Augustin
Photo: Métro Média – ArchivesLes terrains touchés par l’avis de radiation de mainmise sont situés au sud de la route 138 et à l’est de l’autoroute 40.

Phase 3 du parc industriel François-Leclerc en suspens

MUNICIPAL. Sur le point d’être complété, le développement du parc industriel François-Leclerc devra attendre. Les terrains ciblés lors d’un processus de mainmise par la Ville de Saint-Augustin, en vue d’une éventuelle phase 3 le long de la route 138, ont dû être libérés.

Il faut dire que la procédure légale est strictement encadrée par le ministère des Affaires municipales et de l’Habitation (MAMH). Celle-ci prévoit qu’une municipalité peut émettre un avis de réserve sur des terrains devant servir à un usage public. Cette mainmise empêche toute amélioration ou modification aux propriétés visées, et ce, pour une période de deux ans renouvelable une fois consécutive.

Dans le cas de Saint-Augustin, la démarche prévoyant l’expropriation de plusieurs lots dans le quadrilatère route 138, chemin du Lac et autoroute 40 a été entamée en juin 2016. Tel que permis, elle a ensuite été renouvelée en juin 2018. L’échéance légale a donc été atteinte en juin dernier. Ce qui fait que la Ville a dû entériner un avis de radiation de son droit de réserve. Celui-ci libère donc les propriétaires concernés de toute interdiction de rénover ou vendre leur demeure.

Possible de revenir à la charge

Légalement, la municipalité doit laisser s’écouler un délai de deux ans avant de pouvoir relancer le processus. Cependant, le maire Sylvain Juneau ne veut effrayer personne et s’empresse d’émettre des bémols.

«Pour l’instant, observe-t-il, les choses reviennent à la normale. Dans l’avenir, la possibilité existe, mais les probabilités demeurent faibles. D’une part, le PMAD (Plan métropolitain d’aménagement et de développement) s’avère complexe à modifier. À preuve, nous n’y sommes pas parvenus en quatre ans. D’autre part, nous serons en élections dans un an et on ne sait pas ce que le futur conseil municipal décidera.»

Chose certaine, M. Juneau s’avoue déçu de la tournure des événements. Pour sa Ville, le secteur industriel est la première source de revenus fonciers. Or, d’ici un an, la phase 2 du parc industriel augustinois sera complétée et il ne restera plus de terrains à vendre. Une éventuelle expansion dans une phase 3 au sud de la route 138 aurait été bienvenue.

Les propriétaires concernés se trouvent libérés de toute interdiction de rénover ou vendre leur demeure.

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *