Actualités
16:19 28 septembre 2020 | mise à jour le: 28 septembre 2020 à 17:11 temps de lecture: 3 minutes

Des ours polaires moins à l’étroit à l’Aquarium

Des ours polaires moins à l’étroit à l’Aquarium
Le mâle Eddy s’acclimate seul pour l’instant dans son nouvel habitat de 20 000 pieds carrés. Trois autres colocataires le rejoindront prochainement. (Photo Métro Média – François Cattapan)

VIE ANIMALE. Au terme d’un important chantier de près de 17 mois, l’Aquarium du Québec accueille ses ours blancs dans un habitat optimisé. Un investissement de 7,5M$ qui a permis de doubler la superficie à la disposition de ces grands mammifères nordiques.

Les travaux d’agrandissement et de rénovation débutés en avril 2019 viennent tout juste d’être parachevés. Pour l’instant, le grand mâle Eddy profite seul des nouvelles installations réparties sur 20 000 pieds carrés. Après une période d’acclimatation, il pourra être rejoint prochainement par trois autres colocataires.

«On a modifié l’aménagement et bonifié les perspectives, afin d’optimiser les points de vue autant de l’animal que du public. Les visiteurs vont reconnaître la portion sud de l’enclos, avec son grand bassin qui a néanmoins été amélioré. Nous avons ajouté une chute et un ruisseau à l’eau salée, ainsi qu’une colline rocheuse de manière à reproduire son environnement naturel dans la nouvelle portion nord. Sans oublier l’observatoire et la tanière offrant une expérience numérique», explique la directrice Élizabeth Tessier.

La directrice de l’Aquarium du Québec, Élizabeth Tessier, et la conservatrice, Marie-Pierre Lessard, soulignent que les nouveaux aménagements surpassent les plus hautes normes de conception. (Photo Métro Média – François Cattapan)

Normes surpassées

Le projet a été motivé à la base par un double objectif, soit favoriser le bien-être des ours blancs tout en rehaussant l’expérience client. À cet égard, l’équipe de l’Aquarium du Québec s’enorgueillit d’avoir respecté et surpassé les plus hauts standards internationaux, en matière de conception et de sécurité. L’idée étant de bien faire les choses et, surtout, pour longtemps.

Durant le long chantier de réaménagement, Eddy a été hébergé au Canadian Polar Bear Habitat, à Cochrane en Ontario. «Son séjour s’est très bien passé et son retour aussi. Il reprend sa routine graduellement et se montre très curieux à la découverte des nouvelles installations. On le sent à l’aise et très relaxe», souligne la conservatrice Marie-Pierre Lessard. Elle en veut pour preuve le fait que l’occupant de lieux piquait une petite sieste à proximité du grand bassin lors de la visite médiatique.

La nouvelle portion nord de l’enclos dispose d’une chute et un ruisseau à l’eau salée, ainsi qu’une colline rocheuse. (Photo Métro Média – François Cattapan)

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *