Actualités
07:18 4 août 2020 | mise à jour le: 4 août 2020 à 11:59 temps de lecture: 3 minutes

Le trajet du tramway à Sainte-Foy revient devant le BAPE

Le trajet du tramway à Sainte-Foy revient devant le BAPE
Le Regroupement des riverains de l'emprise électrique d'Hydro-Québec de la Pointe de Sainte-Foy a saisi le BAPE de ses craintes du passage du tramway près de leurs cours arrière. (Photo Métro Média – Archives)

TRANSPORT. Les craintes liées au bruit potentiel du passage du tramway derrière les habitations bordant l’emprise d’Hydro-Québec à Sainte-Foy sont revenues à l’avant-scène, lundi soir. Un groupe de résidents du boulevard Pie-XII a profité de la reprise de la commission d’enquête sur le projet de 3,3G$, pour présenter ses doléances devant le Bureau d’audience publique en environnement (BAPE).

Pour Denis Lemay, porte-parole du comité citoyen, les inquiétudes de ses voisins sont légitimes. Comme il le martèle depuis 2018, les passages successifs d’une rame de tramway roulant fer sur fer à 9 mètres des terrains ne pourront se faire en silence. Plusieurs anticipent un festival des décibels qui occasionnera des problèmes de santé, ainsi qu’une perte de jouissance de leur propriété et de leur cour arrière.

D’autres appréhensions sont évoquées dans le mémoire déposé par le Regroupement des riverains de l’emprise électrique d’Hydro-Québec de la Pointe de Sainte-Foy, située entre le chemin des Quatre-Bourgeois et le boulevard du Versant-Nord. Parmi celles-ci, on énumère le crissement des roues dans les virages, de même que les problématiques de l’entretien et du déneigement. On doute également de l’efficacité de mesures d’atténuation à si courte distance des habitations.

«Pour toutes ces raisons et surtout pour la santé physique et mentale des riverains de l’emprise, nous vous demandons de prendre en sérieuse considération notre point de vue. Et, de faire la proposition au ministre de l’Environnement de dévier le tracé du futur tramway vers le chemin des Quatre-Bourgeois et le boulevard du Versant-Nord», suggère M. Lemay au nom de ses quelques 200 voisins directement concernés.

Appel à l’action

De son côté, l’organisme J’ai ma passe appelle à l’action, dans un mémoire qui fait valoir les limites du système actuel et les conséquences du statu quo. Le document insiste sur l’importance du tramway de Québec comme colonne vertébrale du Réseau structurant de transport en commun (RSTC). Le groupe favorable au projet compte dans ses rangs quelque 100 commerçants sympathisants, plus de 15 entreprises ou employeurs majeurs à titre de partenaires et plus de 19 000 personnes adhérentes.

«À l’heure actuelle, si on voulait absorber les nouveaux déplacements dans la zone d’impact du tramway d’ici 15 ans, il faudrait ajouter 11 voies de circulation. Soit l’équivalent combiné de Charest et Laurier. C’est tout simplement impensable. Un réseau structurant de transport en commun est essentiel pour limiter la congestion routière, et ce, aux bénéfices de tous», a résumé Yvon Charest, ancien p.-d.g. d’iA Groupe financier et président du c.a. de J’ai ma passe.

Nouveau délai réclamé

Enfin, la lenteur de la Ville de Québec à répondre aux interrogations des commissaires du BAPE fait sourciller. Un rappel à l’ordre a même été nécessaire. L’organisme public demande une meilleure collaboration, afin de respecter les délais fixes de la commission d’enquête sur le projet de tramway. Cette situation survient alors que le Bureau de projet du RSTC a une nouvelle fois demandé du temps additionnel pour répondre à une série de questions. Il a finalement obtenu une semaine plutôt que les 48 heures de base, mais on insiste pour dire que c’est inhabituel.

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *