Actualités
07:39 14 juillet 2020 | mise à jour le: 8 juillet 2020 à 16:58 temps de lecture: 5 minutes

Nouveau décor pour le Marché public de Sainte-Foy

Nouveau décor pour le Marché public de Sainte-Foy
Isabelle Brodeur et les membres de la coop maraîchère sont emballés par le nouveau domicile que met à leur disposition la Ville de Québec. (Photo Métro Média – François Cattapan)

CONSOMMATION. Il y a des déménagements plus douloureux et d’autres plus joyeux. Celui du Marché public de Sainte-Foy entre dans la seconde catégorie, celle des étapes attendues et grandement souhaitées. Les marchands ont pris possession avec enthousiasme de leur nouvelle infrastructure érigée au coût de 5M$ à proximité des anciennes installations de toile.

Malgré les contraintes liées à la pandémie et la nécessité d’offrir des services sous chapiteau tout en procédant à l’installation des nouveaux étals, la transition est appréciée. Située face au centre sportif, sur le site initialement occupé lors de ses débuts en 1976, la nouvelle structure impressionne par son ampleur et son architecture. Le bâtiment d’allure contemporaine se démarque par un savant mélange de matériaux nobles et naturels dominés par le bois, le métal et le verre.

«Nous sommes réellement heureux et privilégiés de pouvoir profiter de telles installations. La Ville de Québec nous fait un superbe cadeau pour marquer nos 45 ans d’existence, ici à l’angle des avenues Roland-Beaudin et Quatre-Bourgeois. Du même coup, l’administration municipale envoie un message fort en faveur du soutien aux maraîchers de la région. C’est un coup de pouce additionnel pour encourager l’achat local à une époque où l’autonomie alimentaire prend du galon», souligne Isabelle Brodeur, directrice générale de la coopérative du Marché public de Sainte-Foy.

Les marchands ne sont pas fâchés de quitter les anciennes structures de toile jaune pour entrer dans la modernité. (Photo gracieuseté)

Selon cette dernière, la noblesse de la nouvelle structure reflète bien l’esprit des lieux. Elle considère important de garder l’ambiance conviviale et chaleureuse de l’endroit qui attire sans cesse de nouveaux visiteurs, mais sert aussi bon nombre d’habitués. «Il y a des marchands qui connaissent certains clients par leur nom et vice versa. On voulait préserver ces contacts privilégiés et cette atmosphère décontractée qui nous caractérisent. C’est mission accomplie. Entre la maquette réduite et la réalité grandeur nature, la réaction est wow!», témoigne celle qui gère une fin de stress motivant.

Expérience client

Ce grand espace accessible et lumineux ne fait toutefois pas baisser la garde ni oublier l’actuelle crise sanitaire. Des mesures d’hygiène sont prévues afin d’éviter la propagation de la Covid-19. Tout en cherchant à offrir une expérience client agréable, les précautions sont prises pour rassurer les gens et minimiser les risques.

«Outre le lavage des mains à l’entrée, la circulation interne est dirigée de façon à éviter autant que possible les rencontres. Aussi, certains marchands ont instauré des mesures spécifiques. Et puis, les gens sont habitués et respectueux des consignes de la Santé publique. Plusieurs clients portent le couvre-visage, une pratique approuvée et encouragée», ajoute Mme Brodeur.

Avenir prometteur

Assurément, ces nouveaux locaux conçus par la Ville avec la collaboration de la coopérative maraîchère permettent d’entrevoir l’avenir avec optimisme. L’endroit s’avère non seulement central, mais également situé dans un environnement urbain en profond réaménagement. Des complexes de condos récemment érigés dans le voisinage assurent une clientèle accrue. De plus, le secteur comprend le complexe sportif en rénovation, le futur centre des glaces, la route de l’Église revalorisée, le parc Roland-Beaudin et éventuellement le passage du tramway.

«La consultation des élus et notre intégration en aval dans la conception du projet ont permis de bonifier le bâtiment. Par exemple, la descente des parois vitrées jusqu’au sol rend la structure à la fois plus efficace et esthétique. Ainsi, même si l’endroit trois saisons ne sera pas chauffé, on y sera moins affecté par les intempéries. Cela pourrait même favoriser le développement des affaires et, qui sait, prolonger l’ouverture jusqu’en novembre et la devancer en avril», explique Isabelle Brodeur. La réflexion est amorcée et les canaux de communication sont ouverts.

Le Marché public de Sainte-Foy en détail

  • 45 membres en rotation au gré des saisons
  • 30 kiosques accessibles au plus fort de l’été
  • Variété de fruits, légumes, fleurs, boucherie, boulangerie, charcuterie, fromage et autres produits fins pour agrémenter la table.
La directrice générale de la coop du Marché public de Sainte-Foy, Isabelle Brodeur, mise sur l’autonomie alimentaire et l’attrait des produits locaux. (Photo Métro Média – François Cattapan)

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *