Actualités
16:50 21 novembre 2019 | mise à jour le: 22 novembre 2019 à 11:12 temps de lecture: 4 minutes

Études d’impacts acoustiques rassurantes pour le tramway à Québec

Études d’impacts acoustiques rassurantes pour le tramway à Québec
Selon les études d'impacts de Systra, le tramway pourrait même s'avérer moins bruyant que les autobus. (Esquisse gracieuseté)

MOBILITÉ. Les riverains du futur tramway ne devraient pas être affectés par le bruit et les vibrations du passage sur les rails. C’est la conclusion à laquelle en viennent deux études réalisées par Systra, la firme d’accompagnement technique du Bureau de projet du réseau structurant de transport en commun (RSTC).

Ces études rendues publiques par la Ville de Québec tendent à démontrer que les impacts seront majoritairement faibles. Ceux-ci n’atténueront pas la qualité de vie des résidents, à condition parfois de mettre en place de mesures d’atténuation.

«Il s’agit de bonnes nouvelles pour les résidents vivant à proximité de la future plateforme du tramway. Les seuils à respecter seront exigés au consortium qui sera mandaté pour la construction du tramway», a déclaré Rémy Normand, vice-président du comité exécutif responsable des transports et de la mobilité durable.

Impacts sonores

L’étude acoustique révèle «qu’avec la prise en compte des mesures d’atténuation, la mise en service du tramway n’aura aucun impact sonore sur 95% du tracé. Le niveau de bruit ambiant diminuera même sensiblement dans certains secteurs (sur une portion totalisant 4,8km ou 21% du tracé), en raison de la suppression de lignes d’autobus».

Il s’agit des secteurs situés sur:

  • le chemin des Quatre-Bourgeois, entre la station Bégon et la station Roland-Beaudin;
  • le boulevard Laurier, entre la station de l’Église et la station Place Sainte-Foy; et
  • la 1re Avenue, entre la rue des Lilas Ouest et la 47e Rue Ouest.
Parmi les mesures complémentaires d’atténuation du bruit et des vibrations pouvant être envisagées, il y a l’emprise de rails gazonnée, comme c’est le cas à Nice. (Photo Métro Média – François Cattapan)

Afin de limiter l’intensité de l’impact sonore à faible, des mesures d’atténuation du bruit seront déterminées pour l’ensemble du tracé. Il pourrait s’agir de mesures de réduction «à la source» et de mesures phoniques comme un écran antibruit. Cependant, Systra estime que «trois sites et un secteur de la rue de la Couronne connaîtront un certain niveau d’impact. Ils représentent des zones de vigilance où des mesures d’atténuation complémentaires seront étudiées».

Impacts vibratoires

La mise en place de voies ferrées qui réduisent l’amplitude des vibrations (antivibratiles) sur une partie du tracé devrait suffire pour réduire les impacts vibratoires à un niveau faible pour les bâtiments à usage courant. Quant aux sites dits sensibles aux abords du tracé (hôpitaux, instituts de recherche et établissements culturels), une étude détaillée avec modélisations identifiera les mesures appropriées.

Rencontres citoyennes

Dans les prochaines étapes de son projet de RSTC, la Ville compte rencontrer les citoyens du secteur Pie-XII à Sainte-Foy. Elle cherchera à les rassurer au sujet du passage du tramway dans l’emprise des lignes à haute tension d’Hydro Québec derrière leurs résidences. Des études complémentaires seront déposées à cet effet.

Elle fera aussi connaître les modalités des comités de bon voisinage et rencontrera des fournisseurs potentiels lors d’une séance d’information spécifique au marché. Enfin, début 2020, la Ville présentera aux citoyens, secteur par secteur, son projet d’insertion du tramway dans la trame urbaine et discutera des transformations qui en découleront.

Pour plus d’information: www.reseaustructurant.info

(Esquisse gracieuseté)

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 1

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Guy Rouleau

    Leurs mesures de décibels sont érronées. Les décibelmètres ne mesurent pas les basses fréquences émises par le tramway. Ces fréquences sont très basse, un peu comme les tremblements de terre, elles peuvent être ressentie à des distances beaucoup plus éloingnées. La réalité pour ces citoyens est qu’ils vivront un cauchemar chaque fois que le train passera. C’est-à-dire tout les 3 minutes. Je les plaints.