Actualités
13:35 7 novembre 2019

Le RTC revoit sa desserte dans Les Bocages

Le RTC revoit sa desserte dans Les Bocages
Comme plusieurs membres du Comité pour le transport en commun à Saint-Augustin-de-Desmaures, Félix Meisels est partiellement satisfait des améliorations proposées par le RTC pour la desserte des Bocages, (Photo Métro Média – François Cattapan)

MOBILITÉ. Ayant pris acte de nombreuses plaintes à la suite du réaménagement de sa desserte du côté de Saint-Augustin, la direction du Réseau de transport de la Capitale (RTC) propose des bonifications de son service de bus. Une démarche qui semble satisfaire à moitié les principaux intéressés du secteur Les Bocages.

La principale amélioration est le retour, à compter du 30 novembre, d’un service express pour desservir le sud du lac Saint-Augustin. Celui-ci se fera sur le trajet du parcours 94 créé à la mi-août. Il s’agit donc d’un succès partiel pour les membres du Comité pour le transport en commun à Saint-Augustin-de-Desmaures, qui militaient pour le retour intégral de l’express 295. Les usagers de la rue de l’Hêtrière devront donc s’accommoder du parcours 92.

Une réalité qui a été déplorée en assemblée publique du RTC par Félyse et Carol Lavoie, qui n’arrivent pas à concevoir l’absence d’une meilleure desserte sur l’artère principale qu’est l’Hêtrière. Selon eux, «il y a des Augustinois qui commencent à songer à vendre leur résidence pour se rapprocher du centre-ville». Reconnaissant que des efforts ont été faits pour accommoder les nombreux plaignants dans Les Bocages, Félix Meisels, porte-parole du comité citoyen a tout de même précisé «qu’on n’a pas de félicitations à donner au RTC qui a créé notre problème de toute pièce».

Rémy Normand, président du RTC s’est empressé de tempérer les propos des citoyens toujours insatisfaits qui se sont succédé au micro. «Nous mettons en place des ajustements après seulement quelques semaines d’implantation. Des solutions prioritaires ont été apportées et d’autres modifications peuvent survenir à la suite de nos analyses. D’ailleurs, nous continuons à prendre en note les commentaires des usagers dans un processus d’amélioration continue», a-t-il fait valoir.

À son avis, les interventions proposées répondent à la majorité des plaintes émises par les résidents du secteur Les Bocages. «Nous sommes encouragés de constater déjà une hausse de 20% de l’achalandage depuis le réaménagement effectué en août. Ces améliorations sont surtout imputables à la clientèle étudiante. On s’est donc attardé davantage aux doléances des travailleurs. Notre intention reste de faire pour le mieux afin d’offrir un service adéquat par rapport à la densité de la population sur le territoire», a signalé M. Normand.

Le directeur général du RTC, Alain Mercier, a rappelé que les actions récentes visent à satisfaire la majorité des usagers des Bocages. Ce que concèdent les membres du comité citoyen tout en déplorant que des familles s’en trouvent désorganisées et que l’offre de services d’autobus s’avère insuffisante au sud du lac Saint-Augustin.

Principales améliorations instaurées

  • Ajout d’un service express 94 à compter du 30 novembre, selon le tracé actuel.
  • Retour d’un service express permanent (294) en février 2020 pour les Bocages.
  • Les 94 et 294 emprunteront les rues du Sourcin, des Bosquets et la Promenade des Soeurs, mais pas de l’Hêtrière.
  • Le 294 (et l’express 94) n’emprunteront pas le Chemin Sainte-Foy, mais les voies réservées de René-Lévesque à partir de l’Université Laval vers le centre-ville de Québec.
  • Sur de l’Hêtrière, le parcours 92 sera aux 30 minutes en périodes de pointe.
  • Les abribus retirés ne pourront être réinstallés avant le printemps (mai).
  • Changements aussi prévus au parcours 292 dans le village de Saint-Augustin.
  • Le service de taxibus demeure en fonction là où il est requis.

Promouvoir le 76 vers l’aéroport

Interrogé par un autre citoyen sur le rendement du nouveau parcours 76 qui dessert l’aéroport, Rémy Normand a indiqué qu’il était un peu tôt pour se prononcer. «Comme tout nouveau service, il faut le faire connaître. On se donne encore un an pour dresser un bilan. Néanmoins, termine-t-il, on voit qu’il y a du potentiel et la réponse est déjà intéressante de la part des usagers sur le parcours.»

Québec Hebdo

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *