Actualités
16:13 1 octobre 2019

Le maire Loranger accepte sa suspension de 60 jours

Le maire Loranger accepte sa suspension de 60 jours
Le maire lorettain, Émile Loranger, accepte la décision de la CMQ qui respecte la suggestion commune prévue pour une suspension de 60 jours. (Photo Métro Média – François Cattapan)

MUNICIPAL. Appelé à commenter la décision de la Commission municipale du Québec (CMQ), le maire de L’Ancienne-Lorette, Émile Loranger a dit qu’il acceptait cette sentence qui correspond à la suggestion commune des parties. La suspension de 60 jours sans rémunération entrera en vigueur le 24 octobre.

Rappelons que M. Loranger a reconnu des manquements déontologiques au cours d’une assemblée du conseil municipal de décembre 2018. Il avait alors voté pour bloquer une enquête sur ses agissements en lien avec une plainte pour harcèlement psychologique déposée par une employée. La peine négociée a été entérinée par le juge administratif Thierry Usclat.

Pour l’élu en poste depuis novembre 1983, cette pénalité représente une perte d’environ 17 000$ sur un salaire d’un peu plus de 100 000$ (incluant l’allocation de dépenses). «Je suis une personne résiliente. Je vais prendre le bon côté des choses. Je perds du salaire, mais je vais payer moins d’impôts», a-t-il commenté en précisant qu’il allait en profiter pour se reposer et s’occuper de ses petits-enfants.

Le maire Loranger a également indiqué aux médias qu’il n’avait pas l’intention de démissionner. «Depuis mes débuts, j’ai 30% de la population qui me critique pour tout et j’ai 70% de la population qui m’appuie inconditionnellement. Je sens le soutien de la majorité parce que je suis près et dédié aux citoyens», a-t-il analysé, en confirmant son intention de compléter son mandat jusqu’en 2021.

Déception

Le conseiller municipal Charles Guérard a exprimé sa déception à la suite du point de presse du maire lorettain. «Je pense qu’on aurait pu aller au fond des choses dans ce dossier qui a coûté 330 000$ à la Ville. Pour M. Loranger, raille-t-il, c’est sans réelles conséquences, juste une occasion de prendre des vacances en Floride. Au moins, on peut tourner la page et se concentrer sur les dossiers utiles pour les citoyens.»

À noter que la suspension du maire Émile Loranger, entre le 24 octobre et le 22 décembre inclusivement, fait en sorte qu’il devra s’absenter d’au moins trois assemblées du conseil municipal. De plus, il ne pourra participer aux travaux préparatoires à la planification du budget et du compte de taxes foncières pour l’année 2020.

Québec Hebdo

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *