L'Appel
08:11 27 août 2019

Le site Cartier-Roberval enfoui préventivement

Le site Cartier-Roberval enfoui préventivement
Le site archéologique Cartier-Roberval a été remblayé pour assurer sa préservation. (Photo gracieuseté – CCNQ)

PATRIMOINE. Tel que promis par le nouveau gouvernement provincial, le site archéologique Cartier-Roberval a été remblayé afin d’en préserver les artéfacts. Les travaux évalués à plus de 8M$ s’inscrivent dans le cadre d’une intervention visant la conservation du lieu et son interprétation éventuelle. La démarche ne fait toutefois pas l’unanimité au sein de la communauté des experts en la matière.

En raison de leur fragilité, il a été convenu d’enfouir les vestiges du passage des premiers colons français d’Amérique, mis au jour en 2007 et 2008. L’équipe mandatée s’est affairée à retirer les débris accumulés sous les structures de protection installées à la fin des fouilles, ainsi qu’à redresser les parois des fosses en prévision de leur comblement. Ce dispositif a été déployé afin de limiter l’impact de l’érosion et un maximum d’information a été récupéré sur ces témoins du passé.

«Les travaux de conservation en cours constituent la première étape du projet de mise en valeur du site archéologique Cartier-Roberval. Dans les prochaines années, il restera à aménager le site et à le rendre accessible au public curieux d’en apprendre davantage sur ce qui fut la première France d’Amérique», précise la Commission de la capitale nationale du Québec (CCNQ) chargée de la maîtrise d’œuvre du projet.

Laissé sans protection pendant plusieurs années, le théâtre des fouilles était victime d’une importante dégradation. (Photo gracieuseté – CCNQ)

Rappelons que lors de l’annonce faite en décembre, la ministre responsable de la région et députée locale de Louis-Hébert, Geneviève Guilbault, a reconnu que «l’endroit avait besoin d’un peu d’amour». Délaissé depuis plusieurs années, il fallait mettre un terme à la dégradation du site et contribuer à sa mise en valeur. L’idée étant de favoriser l’accès public à ce promontoire dominant le fleuve Saint-Laurent et à sa richesse historique.

Archéologues opposés

Bien qu’issu de bonnes intentions, le processus est jugé prématuré par certains archéologues. Le Regroupement pour le site archéologique Cartier-Roberval vient d’être créé pour alerter le public des dangers qui guettent le site. «Il demande à ce qu’on complète les fouilles avant de produire une mise en valeur qui ne sera pas authentique et fiable, en raison d’informations cruciales manquantes», fait-on valoir dans un communiqué transmis aux médias.

Il est possible d’avoir un avant-goût des trouvailles faites au parc Cartier-Roberval, à Cap-Rouge, en visitant l’exposition immersive La colonie retrouvée, présentée au Musée de l’Amérique francophone jusqu’au 29 septembre. Coût: 10$.

Québec Hebdo

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *