L'Appel
08:04 28 août 2019

Coureur de l’extrême: Alexandre Genois s’attaque au Tor des Glaciers

Coureur de l’extrême: Alexandre Genois s’attaque au Tor des Glaciers
Passionné de défis d'endurance, Alexandre Genois y vois un vecteur d'équilibre pour une vie active et saine. (Photo Métro Média – François Cattapan)

DÉFI SPORTIF. Athlète accompli dans plusieurs sports d’élite, au fil de ses entraînements pour maintenir son niveau de performance Alexandre Genois en est venu à développer une préférence pour la course à pied. Le voilà devenu un expert en ultra-trail, au point d’être invité à l’édition spéciale du Tor des Glaciers, une balade de 450km dans les Alpes cumulant un dénivelé de 32 000 mètres.

Sur la ligne de départ, le vendredi 6 septembre, l’athlète de 29 ans deviendra le plus jeune participant à cette épreuve inédite. Le résident de Sainte-Foy a été sélectionné parmi un groupe sélect de 100 coureurs conviés à relever ce défi hors normes. Le Tor des glaciers a été imaginé par les organisateurs du Tor des Géants, afin de marquer le 10e anniversaire de cette course mythique auprès des habitués des ultra-trails. Le parcours, qui reste à officialiser, devra être complété en moins de 190h.

Le coureur a bon espoir de franchir la ligne d’arrivée sous les 190 heures (ou 8 jours) allouées par les organisateurs du Tor des Glaciers. (Photo gracieuseté)

«Je serai le seul coureur du Québec à m’élancer aux côtés d’un autre Canadien parmi la centaine de compétiteurs internationaux. Ma sélection vient de la performance livrée lors d’une précédente édition du Tor des Géants en 2014. Je suis alors devenu le premier Québécois à compléter l’épreuve de 330km (en 128h vs la limite fixée à 150). Cette fois, la distance et le dénivelé sont encore plus importants, mais je me suis préparé en conséquence», précise Alexandre illustrant qu’au terme du parcours, il aura gravi l’équivalent de quatre mont Everest ou 51 mont Sainte-Anne.

Talents multiples et bonne forme

L’approche dans des dispositions optimales a été un aspect pris très au sérieux par le jeune homme nouvellement embauché au ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ). Il faut dire qu’en plus de ses qualités athlétiques, il semble avoir un certain succès au niveau académique. Lui qui cumule des baccs en science et technologie des aliments et en droit, ainsi que des maîtrises en génie agroalimentaire et en droit. Depuis sa jeunesse, le coureur infatigable a suivi et outrepassé plusieurs programmes de mise en forme, alors qu’il a évolué jusqu’aux niveaux juvénile D1 au basketball scolaire et midget AAA au hockey.

«Ayant toujours été un peu excessif et rebelle, durant l’été de mes 16 ans, j’ai dérogé du plan de match estival. Je me suis plutôt entraîné pour le triathlon (nage, course, vélo) de Lévis. Et je l’ai complété sous supervision, étant donné que je n’avais pas l’âge requis de 18 ans. C’est à partir de là que la passion pour les épreuves d’endurance individuelles a pris le dessus sur le reste. Néanmoins, j’estime que d’avoir de l’intérêt pour la pratique d’une multitude de sports contribue à mon excellente condition physique», relate l’athlète de 6 pieds et 5 pouces.

Préparation et planification

En guise de préparation estivale, outre le fait de courir régulièrement, Alexandre a effectué une randonnée dans les montagnes

Après son retour le 17 septembre, Alexandre Genois s’attend à  avoir besoin d’un mois pour se remettre physiquement et d’un an psychologiquement pour retrouver le goût de courir de très longues distances. (Photo Métro Média – François Cattapan)

Blanches (incluant le mont Washington aux États-Unis). Question de tester ses limites et son matériel, il a bouclé en 14 heures aller-retour une randonnée de 57km qui nécessite habituellement trois jours aux communs des mortels. Il se sent donc d’attaque, lui qui cumule déjà l’expérience de plusieurs ultra-trails, dont celui du mont Blanc en 2013 et le Tor des Géants en 2014. Pour se changer les idées, il a également établi des records pour la traversée du Canada à vélo en 2016 et pour le plus grand nombre d’ascensions du mont Saint-Anne en 24h en 2017.

Cela ne l’empêche pas d’aborder le nouveau défi du Tor des Glaciers avec modestie et respect. «Ce ne sera pas une partie de plaisir. D’une seule étape et partiellement balisée, le parcours suivra des cols de hautes montagnes qui risquent parfois d’être enneigés et glacés. On doit s’attendre à courir dans des conditions météo difficiles et des températures variant entre 25 et -15°C. Chaque coureur devra adapter sa stratégie de course en conséquence», explique l’athlète déterminé, qui prévoit faire de plus longs relais entre les refuges pour s’accorder de plus longues pauses entre ses sorties.

«Il n’y a pas de bourses ni de prix à gagner. Je cours pour atteindre l’équilibre d’une vie saine. Mes conférences sur le dépassement et la motivation constituent le meilleur retour sur les efforts investis.» – Alexandre Genois

Stratégie de course

  • Courir sur une base de 20h par jour suivie d’un repos de 4h.
  • Partir à un rythme soutenu pour se donner un coussin en cas d’imprévus.

Québec Hebdo

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *