Actualités
09:21 16 juillet 2019

Projet d’agrandissement à la Maison Gomin

Projet d’agrandissement à la Maison Gomin
Le projet d’agrandissement de la Maison Gomin ne sera pas visible de l’avant. (Photo Métro Média - François Cattapan)

CONSTRUCTION. Déjà à l’étroit dans l’ancienne prison des femmes érigée en 1929 par l’architecte Raoul Chênevert, la firme de services funéraires qui occupe les lieux depuis un peu plus d’une décennie envisage l’ajout d’une annexe.

Le projet d’envergure propose d’intégrer un agrandissement à l’arrière de la Maison Gomin, dans le stationnement du bâtiment historique. Ce prolongement ne serait donc pas visible depuis la devanture de l’édifice, qui donne sur le boulevard René-Lévesque. L’ajout de style contemporain ne sera apparent que de l’avenue Painchaud et du complexe pour aînés voisin.

Des tentatives infructueuses pour rejoindre la firme Athos Lépine Cloutier n’ont pas permis d’en apprendre plus sur les détails du projet de rénovation. C’est une modification au règlement sur l’urbanisme de l’Arrondissement de Sainte-Foy–Sillery–Cap-Rouge, visant les critères applicables aux plans de construction ou de modification concernant la partie du territoire où se trouve la Maison Gomin, qui a permis d’en connaître les grandes lignes.

L’ajout s’intégrera en cours arrière pour accroître l’espace pour les services funéraires du groupe Athos Lépine Cloutier. (Photo Métro Média – François Cattapan)

Patrimoine bâti

Il est notamment précisé dans un avis de motion de la Ville que «le site est classé en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel. On y mentionne le bon état de conservation du bâtiment, sa valeur architecturale élevée et sa visibilité en tant qu’élément fort du paysage. De plus, il s’insère dans un milieu urbain résidentiel, avec lequel il importe d’assurer une cohabitation harmonieuse.»

C’est dans cette optique que la municipalité et son arrondissement ont voulu préciser les critères de design devant baliser tout projet d’agrandissement de la Maison Gomin. Les objectifs ciblés sont de: préserver ses perspectives visuelles; conserver ses principales caractéristiques architecturales; assurer sa prédominance dans le paysage; et privilégier une architecture qui s’intègre de façon harmonieuse au cadre bâti existant.

Un aperçu de l’agrandissement projeté derrière la Maison Gomin, vu depuis l’avenue Painchaud. (Esquisse gracieuseté – Ville de Québec)

Critères particuliers d’architecture et d’implantation

  • Conservation intégrale de la partie originale du bâtiment.
  • Agrandissement distinctif et compatible réalisé uniquement dans la cour.
  • Respect des marges latérales et d’une hauteur maximale de 17 mètres.
  • Privilégier une approche moderne sans chercher à imiter le passé.

Québec Hebdo

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *