Actualités
11:40 14 mai 2019

Nouvelle version du projet résidentiel Le Nômade à L’Ancienne-Lorette

Nouvelle version du projet résidentiel Le Nômade à L’Ancienne-Lorette
Aucune esquisse n’a été présentée en assemblée publique, mais voici un exemple de jumelé contemporain que propose Maizon Construction Libre dans ses autres développements. (Esquisse gracieuseté)

MUNICIPAL. Tel qu’anticipé, le promoteur est revenu à la charge afin de réaliser un projet résidentiel en bordure du ruisseau Notre-Dame à la hauteur de la rue Turmel. La nouvelle proposition présentée au conseil municipal de L’Ancienne-Lorette comporte toutefois quelques non-conformités nécessitant l’autorisation de dérogations mineures.

Cette nouvelle mouture du projet Le Nômade propose désormais l’implantation de 21 habitations de types jumelé et unifamilial, plutôt que les 31 maisons de ville initialement prévues. Afin de ne pas ralentir le processus, le conseil municipal a autorisé (à la majorité 4 contre 3) la signature d’une entente permettant à Maizon Construction Libre d’amorcer la conception des plans et devis. Une décision qui a déplu à certains voisins de la rue des Genévriers, qui déplorent l’irrespect intégral de règles d’urbanisme tel qu’exigé par les 155 opposants ayant signé le registre contre le projet.

Malgré les explications du maire Émile Loranger voulant que «le promoteur a largement bonifié son projet et que les dérogations mineures ne concernent que l’emprise de rue et la disposition de deux bâtiments», les citoyens n’ont pas paru satisfaits. Voulant calmer le jeu, le conseiller municipal Gaétan Pageau a suggéré de «reporter la décision à la prochaine séance du conseil, le temps d’évaluer la possibilité de réaliser un projet résidentiel conforme sur plan de l’urbanisme et, surtout, d’en informer la population». Proposition rejetée encore une fois par une majorité simple (4 contre 3).

Le maire Loranger réfute tout empressement dans le dossier, bien qu’il admette que la Ville souhaite un maximum de revenus fiscaux. La balle est maintenant dans le camp du promoteur, qui doit obtenir l’autorisation du ministère de l’Environnement de bâtir sans nuire au milieu humide. En l’absence de conformité, le projet ne pourra voir le jour.

État financier

Le rapport financier vérifié de L’Ancienne-Lorette pour l’année 2018 confirme un budget de fonctionnement de 31,5M$. Dans les principales colonnes de chiffres, on constate que les revenus ont été plus importants de 6,8M$, tandis que les dépenses ont été sous-évaluées de 1,3M$. Ses écarts qui donnent un excédent de 5,5M$ s’expliquent essentiellement par les frais juridiques encourus pour la poursuite contre l’agglomération et les ajustements de la quote-part à la ville-centre. Par ailleurs, la dette municipale a grimpé de 31,2M$ à 32M$.

Poulailler urbain

La Ville a également voulu se mettre au diapason de ce qui se fait dans plusieurs autres municipalités de la région en établissant un projet-pilote autorisant la garde de poules (min. 2 et max. 3 sans coq) sur le territoire de L’Ancienne-Lorette. Le règlement vise deux objectifs: répondre à la demande de la population et favoriser l’agriculture urbaine dans le respect du voisinage. Plusieurs conditions sont émises concernant la conception du poulailler et de son enclos en cour arrière. Les citoyens intéressés doivent remplir un formulaire d’engagement en se rendant à l’hôtel de ville.

Québec Hebdo

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *