Économie
08:18 11 mai 2019

Coveo nommée «Entreprise de l’année» aux Mercuriades

Coveo nommée «Entreprise de l’année» aux Mercuriades
L’équipe de Coveo a été doublement récompensée lors du gala des Mercuriades. (Photo gracieuseté)

MÉRITE. Firme québécoise reconnue mondialement dans le domaine de l’intelligence artificielle, Coveo a remporté les grands honneurs dans la catégorie «Entreprise de l’année – PME», lors du Gala des Mercuriades, organisé par la Fédération des chambres de commerce du Québec.

Avant la consécration ultime au niveau provincial, l’entreprise de Sainte-Foy a d’abord remporté le Mercure de l’«Employeur de l’année (PME)». Ce prix initial venait reconnaître ses pratiques les plus innovantes en matière de gestion des ressources humaines.

C’est le plan d’action interne «10 initiatives pour maintenir un équilibre entre hyper-croissance et culture d’entreprise», qui a séduit les juges. L’initiative a été élaborée par l’équipe des ressources humaines de Coveo, afin d’assurer le bien-être de ses employés dans le processus de développement.

Covéo a notamment su conjuguer forte croissance et rareté de la main-d’œuvre dans son plan de développement. (Photo gracieuseté)

Ce qu’ils ont dit:

«Nous sommes honorés de voir notre contribution à l’économie du Québec salué de la sorte. Coveo est une entreprise née à Québec, avec la majorité de ses employés au Québec, qui fait rayonner notre savoir-faire à l’international chez des clients tels que Honeywell, GoPro et Logitech. Il n’y a pas de limite à l’innovation et à la richesse que nous pouvons créer ici.» – Louis Têtu, chef de la direction

«Dans un contexte de forte croissance de l’entreprise et de pénurie de main-d’œuvre dans le secteur numérique, il faut sortir des pratiques classiques afin de dénicher les meilleurs talents et leur permettre de s’épanouir. Offrir un environnement de travail motivant, conçu comme un véritable milieu de vie, fait partie de nos valeurs profondes.» – Laurent Simoneau, président, fondateur et chef de la technologie

«Notre plan se devait d’être à la fois créatif et pragmatique, et c’est cet équilibre qui a fait sa réussite. En plus de Montréal et Québec, nous devons porter une attention particulière aux défis liés à l’existence de bureaux multiples, dont certains à l’étranger incluant San Francisco, Londres et New York. Une centaine d’employés travaillent hors Québec.» – Claude-Antoine Tremblay, directeur des ressources humaines

Québec Hebdo

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *