Actualités
13:12 4 avril 2019

Campagne d’information sur le laissez-passer universitaire

Campagne d’information sur le laissez-passer universitaire
Le lancement du LPU a été officialisé en présence de représentants de ses cinq partenaires: Robert Beauregard, vice-recteur exécutif de l’Université Laval; Rémy Normand, président du RTC; Mario Fortier, président de la STLévis; Kevin Villeneuve-Tremblay, président de l’AELIÉS; et Laurence Vaillancourt, présidente de la CADEUL. (Photo Métro Média – François Cattapan)

TRANSPORT. En ce début de période d’inscription pour la session d’automne, les partenaires du Laissez-passer universitaire (LPU) lancent une campagne d’information auprès de la communauté étudiante. L’objectif consiste à sensibiliser la clientèle cible à l’option du transport en commun pour accéder au campus.

Intervenu entre l’Université Laval, les associations étudiantes, ainsi que le Réseau de transport de la Capitale (RTC) et la Société de transport de Lévis (STLévis), le LPU verra le jour en septembre prochain. Le coût pour la première année a été fixé à 120$ par session, montant ajouté aux frais d’inscription de tous les étudiants à temps plein. Le montant exigé équivaut à une économie de 50% sur le tarif du laissez-passer étudiant mensuel de 58$ (232$ pour quatre mois, soit l’équivalent d’une session).

L’intention est de contribuer à une meilleure fluidité de la circulation autour du campus universitaire en contribuant au changement des habitudes de transport des étudiants. L’Université Laval compte environ 27 000 personnes inscrites à temps plein (minimum 12 crédits). Près de la moitié d’entre elles s’y rendent déjà en bus. Pour l’an un, on espère convaincre 10% des 13 500 étudiants restants à abandonner l’auto solo.

Rappelons que le LPU a été adopté à la majorité des participants à un référendum tenu en début d’année. Pareille entente existe à une plus modeste échelle du côté de l’Université de Sherbrooke et de l’Université du Québec à Chicoutimi. D’autres formules existent aussi au cégep Garneau, où on offre un laissez-passer gratuit pour le premier mois de chaque session, et aux cégeps Limoilou et Sainte-Foy, où viennent d’être instaurés des laissez-passer à tarif spécial de 17 semaines (équivalent à une session).

Ce qu’ils en disent:

«Le LPU n’est plus un rêve. Ce grand projet est désormais très concret, bien réel, et il se déploiera dans quelques mois. Notre communauté s’est mobilisée et grâce au leadership étudiant et à nos partenaires des services de transport en commun, nous avons réussi à trouver une solution durable qui contribuera à réduire le trafic autour du campus ainsi qu’à Québec.» – Robert Beauregard, vice-recteur exécutif et vice-recteur aux études et aux affaires étudiantes de l’Université Laval

«La révolution de la mobilité est un grand projet à Québec. C’est un ensemble de facteurs et de parties prenantes qui contribueront à son succès. Les étudiants de l’Université Laval ont levé la main et ont souhaité s’engager pour être non seulement au cœur du mouvement, mais se positionner comme précurseurs. L’implantation du LPU est un premier engagement majeur et un geste significatif envers le grand projet de la mobilité intégrée à Québec.» – Rémy Normand, président du Réseau de transport de la Capitale (RTC)

«Nous sommes heureux de pouvoir participer à cette entente, qui incitera de plus en plus d’étudiants et d’étudiantes à utiliser le transport en commun dans leurs déplacements de tous les jours. Ce transfert modal aura un impact positif sur la fluidité de la circulation et sur le réseau routier de Lévis et de Québec. L’utilisation accrue de nos services nous permettra aussi d’améliorer les services existants et d’en développer dans les années qui viennent.» – Mario Fortier, président de la Société de transport de Lévis (STLévis)

«La communauté étudiante de l’Université Laval s’est donné les moyens de se doter d’une solution abordable et universelle pour le transport en commun. Dès septembre ce sont des dizaines de milliers d’étudiants et étudiantes qui auront un LPU dans les poches. C’est digne de notre génération, je suis très fière de pouvoir en être une des porte-paroles.» Laurence Vaillancourt, présidente de la CADEUL

«Le LPU est un projet résolument ancré dans le développement durable et nous sommes impatients d’en mesurer les effets que ce soit sur la réduction de véhicules sur le réseau routier ou l’augmentation des membres qui utilisent les services de transports. Avec cette annonce, nous marquons l’histoire de l’Université Laval et espérons avoir un impact qui ira au-delà de la ville de Québec.» – Kevin Villeneuve-Tremblay, président de l’AELIÉS

Pour plus d’information: www.ulaval.ca/lpu

Métro Média

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *