Actualités
11:04 26 février 2019

Cartographie révisée aux abords des cours d’eau à L’Ancienne-Lorette

Cartographie révisée aux abords des cours d’eau à L’Ancienne-Lorette
La Ville de L'Ancienne-Lorette a récemment mis à jour sa cartographie pour la gestion des fortes pentes. (Photo Métro Média - Archives)

MUNICIPAL. Conformément aux normes de la sécurité publique et de l’urbanisme, la Ville de L’Ancienne-Lorette a récemment mis à jour sa cartographie pour la gestion des fortes pentes. L’objectif vise à assurer la sécurité des personnes et des biens à proximité, en ne changeant pas l’écoulement naturel des eaux de pluie.

Cette nécessité de renouvellement répond à une exigence de l’Agglomération de Québec, elle-même contrainte par les autorités gouvernementales. La nouvelle carte couvre un territoire plus large qu’autrefois, longeant essentiellement les abords de la rivière Lorette et une partie du ruisseau Notre-Dame.

Lors de la présentation publique, le directeur de l’urbanisme, Mathieu Després, a indiqué qu’une forte pente correspond désormais à un talus ayant une pente supérieure à 25%, pour lequel une marge de 5 mètres doit être respectée. Cette mesure vise à contribuer à ce que l’apport de pluie soit efficacement évacué dans les cours d’eau.

«L’ajout de fondations, de bâtiments ou de stationnements sur ces parcelles de terrain se trouve interdit. La construction est permise à proximité des nouvelles limites, en autant qu’on n’ajoute pas de logement» a précisé M. Després.

La nouvelle carte des pentes fortes aux abords des cours d’eau couvre un plus vaste territoire à L’Ancienne-Lorette. (Photo gracieuseté)

Des dispositions touchent aussi l’abattage d’arbres dans les zones de forte pente. Pareille intervention est en général prohibée, pour préserver le soutien du terrain par les racines, à moins d’être en présence d’une maladie. L’élagage est autorisé sans mettre la survie de l’arbre en péril.

Exception

Une exception a été accordée pour une parcelle de terrain dans la côte Saint-Jacques. On y retrouve une série de jumelés en défaut étant implantés en empiétant de quelques mètres dans une forte pente. M. Desprès a expliqué que ce vice relève d’une erreur d’arpentage. Un règlement d’exception spécifique aux lots touchés a été adopté pour corriger cette situation problématique et rendre conforme la vente éventuelle des bâtiments.

Le cas échéant, les résidents devront fournir une étude géotechnique démontrant qu’il n’y a pas de risque d’affaissement ou de rupture de pente, pour rendre les habitations (zone RAB-24) conformes. Émise par un ingénieur, l’attestation de conformité sera réalisée aux frais des contribuables concernés.

Métro Média

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *