L'Appel
07:29 25 janvier 2019

La ministre Guilbault motivée par ses responsabilités

La ministre Guilbault motivée par ses responsabilités
Députée de Louis-Hébert, ministre de la Sécurité publique, responsable de la Capitale et vice-première ministre, Geneviève Guilbault carbure aux défis. (Photo Métro Média – François Cattapan)

POLITIQUE. Passer des banquettes de l’opposition à celles du gouvernement à l’Assemblée nationale représente déjà un défi en soi. Lorsqu’en plus d’être réélue députée, on devient ministre de la Sécurité publique, ministre responsable de la région de la Capitale et vice-première ministre du Québec, il y a de quoi être quelque peu désarçonnée. Or, c’est loin d’être le cas de Geneviève Guilbault. La jeune politicienne s’avoue choyée et emballée par les grandes responsabilités qui lui sont confiées.

Lors de l’entrevue à ses bureaux de circonscription, la représentante de Louis-Hébert tient à faire savoir qu’elle veut demeurer disponible et près des gens. Malgré tout le boulot qui vient avec ses multiples tâches, les lundis sont consacrés aux affaires courantes. Elle se met en mode écoute des électeurs et des décideurs du territoire où elle habite et s’est révélée durant l’élection partielle d’octobre 2017.

Déjà honorée d’être élue députée, Geneviève Guilbault accepte la pression qui vient avec ses autres titres de ministre. Elle considère comme un cadeau sa nomination à la Sécurité publique, où elle a agi comme responsable des relations publiques pendant plusieurs années. Le public l’a notamment connue pour son assurance et son sang-froid affichés devant les médias lors de la gestion des crises du déraillement de Lac-Mégantic et de l’incendie de L’Isle-Verte.

L’ajout de la responsabilité de concerter les acteurs et les développeurs de la région de Québec ne l’effraie pas outre mesure. «C’est une grande responsabilité, convient-elle, car il y a de grands dossiers à l’horizon. Pour les mener à bien, j’estime avoir établi de bonnes relations avec les élus municipaux et les décideurs régionaux. Ça m’emballe de pouvoir contribuer à l’avancement et au développement de mon milieu de vie.»

Priorités

Parmi les priorités sur le radar de la députée de Louis-Hébert, on retrouve une promesse rapidement remplie. Même grippée, elle était heureuse d’annoncer avant les Fêtes un octroi de 8,4M$ pour assurer la préservation du site archéologique au parc Cartier-Roberval. Une autre intervention locale visant l’amélioration de la fluidité de la circulation sur la route 138 au cœur de Saint-Augustin retient son attention. La route est étroite, mais une solution doit être trouvée à court terme.

Aucunement intimidée par les lourdes tâches qui lui incombent, Geneviève Guilbault demeure motivée à livrer la marchandise depuis son assermentation. (Photo gracieuseté)

Sur le plan régional, l’intention de son gouvernement d’instaurer la maternelle dès l’âge de 4 ans obligera à réévaluer la capacité d’accueil de certaines écoles. De nouveaux établissements pourraient devoir être ajoutés dans les secteurs à fort développement, comme ceux de Cap-Rouge et Legendre. À l’instar de l’ensemble du territoire, il y a aussi l’enjeu du transport routier et de l’efficacié des déplacements.

«Il faut incessamment repenser la tête des ponts. D’ici un an ou deux, un schéma directeur sera élaboré pour y mettre notre couleur. Il faudra l’arrimer avec la volonté de la Ville de Québec d’en faire un élément signature à l’entrée de la municipalité, en y intégrant le complexe immobilier Le Phare. Sans oublier l’aspect du transport collectif, avec l’ajout du tramway qui va optimiser la fluidité du réseau. S’ajoutera éventuellement le troisième lien à l’est, dont il reste à déterminer la forme (pont ou tunnel) et pour lequel une première pelletée de terre est espérée d’ici 2022», avise la ministre Guilbault.

Immigration

Après le transport, l’élue caquiste reconnaît que la préoccupation dominante à la grandeur du Québec est la pénurie de main-d’œuvre. En dépit du manque criant de travailleurs dans plusieurs domaines, elle assure que son gouvernement prend la bonne décision en voulant réduire de 50 000 à 40 000 le nombre de nouveaux arrivants chaque année dans la province.

«Oui, on veut les diminuer, toutefois c’est pour mieux les intégrer en emploi. Donc, il y en aura moins, mais ils seront davantage pris en charge et orientés vers les besoins à combler, plutôt que de se retrouver au chômage. Par la même occasion, on souhaite détourner les immigrants de Montréal, pour les inciter à travailler en région. À cet égard, on envisage d’instaurer une voie rapide pour ceux et celles qui arriveront avec une promesse d’embauche», insiste Geneviève Guilbault assurant que l’objectif est de faire mieux pour le bien de la collectivité.

Chargée d’importantes responsabilités ministérielles, Geneviève Guilbault veut honorer la confiance de ses électeurs tout autant que celle du chef de la Coalition avenir Québec. Politicienne dévouée et entière, elle se montre pleinement consciente de la reconnaissance du PM François Legault à son égard, pour avoir lancé la vague ayant pavé la voie à la CAQ vers le pouvoir à partir de la partielle de 2017. Collègue exemplaire, elle est devenue un modèle à suivre pour l’ensemble de la députation de son parti.

-Perception des analystes politiques

Métro Média

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *