L'Appel
12:39 23 janvier 2019

Un engagement unique des Bocages envers Leucan

Un engagement unique des Bocages envers Leucan
Lors de l'officialisation du titre de «Partenaire à vie» de Leucan, plusieurs élèves de l'école Les Bocages ont partagé leurs motivations à soutenir les enfants atteints de cancer. (Photo Métro Média – François Cattapan)

SANTÉ. Parfois, un modeste désir personnel de s’engager pour une cause sociale parvient à faire boule de neige, au point d’initier un véritable mouvement de masse. Voilà ce dont peut se targuer la responsable du service de garde en milieu scolaire à l’école primaire Les Bocages à Saint-Augustin.

C’est avec émotion que Diane Alary a assisté récemment à la remise officielle du titre de «Partenaire à vie» décerné par Leucan à l’établissement qui l’a employée ces 30 dernières années. Bien humblement, celle qui est nouvellement retraitée reconnaît qu’il y a un peu d’elle derrière ce partenariat unique, qui résulte de son intérêt à participer activement au Défi têtes rasées.

Comme la cause touche principalement les enfants, elle a convaincu la direction de l’école d’embarquer, puis les parents et les élèves. Depuis quelques années, les campagnes de levée de fonds se multiplient et s’amplifient aux Bocages. Si bien que 90 000$ ont été récoltés pour la cause au cours des cinq dernières années, dont 17 000$ l’an passé. Pour assurer le suivi de l’implication scolaire, Mme Alary agira à titre d’ambassadrice externe.

Modèle à suivre

Présente pour souligner ce premier partenariat à vie entre une école et Leucan, sa directrice Nathalie Matte a souligné qu’il s’agit d’un accomplissement significatif. «Au-delà des sommes d’argent recueillies, il y a une belle mission éducative qui se transmet par le biais des activités de collecte de fonds. Ça sert à sensibiliser les jeunes à l’entraide et au respect des autres», mentionne la dirigeante de l’organisme dont la mission consiste à accompagner et soutenir les enfants atteints de cancer et leur famille.

Le directeur de l’école Les Bocages, Sébastien Simard, la responsable du service de garde à la retraite, Diane Alary, la directrice de Leucan, Nathalie Matte, et le jeune élève en rémission du cancer, Justin Germain, en présence du gradateur dont l’objectif de 15 000$ a été dépassé l’an dernier. (Photo Métro Média – François Cattapan)

À son avis, il y a lieu d’espérer que le lien unissant Les Bocages à Leucan puisse devenir un modèle pour le milieu scolaire à la grandeur de la région et même de la province. «De plus, c’est lorsque l’implication sociale débute tôt dans la vie d’un futur citoyen qu’elle a davantage de chance de perdurer dans le temps», exprime celle qui constate que l’engagement jeunesse rapporte plus à la cause que celui du milieu corporatif.

Intérêt éducatif

Une opinion que partage le directeur de l’école primaire augustinoise. «Ce partenariat permet de répondre à des objectifs du projet éducatif et contribue à faire des élèves de meilleurs citoyens. Il y a plusieurs liens à établir entre la philanthropie et le milieu de l’éducation, car c’est un premier pas vers l’engagement à bâtir une communauté solidaire. Les jeunes y développent non seulement leur appartenance, mais aussi le sentiment de pouvoir faire une différence», estime Sébastien Simard.

Selon ce dernier, les diverses activités de financement réalisées à l’école Les Bocages au profit de Leucan, que ce soit la campagne des tirelires d’Halloween, la vente d’œuvres d’art maison au marché de Noël ou le Défi têtes rasées, permettent de faire vivre aux participants une expérience enrichissante, formatrice et rassembleuse. Trois axes éducatifs y sont accolés de façon complémentaire.

Pour les élèves, les parents et le personnel enseignant de l’école Les Bocages, le don de soi pour la cause de Leucan est intégré au projet éducatif. (Photo Métro Média – François Cattapan)

«D’abord, cela permet de sensibiliser les élèves aux effets des traitements du cancer sur un ami qui est touché et de valoriser l’acceptation de différences à la suite de la perte de cheveux ou de l’enflure du visage. Aussi, ça contribue à l’expérience du don de soi et au désir de s’impliquer pour le mieux-être de son entourage. Enfin, le moment est propice à la promotion de saines habitudes de vie, en faisant les efforts nécessaires pour rester en santé par une bonne alimentation et des activités physiques», énumère M. Simard.

Bref, le titre de «Partenaire à vie» permet de pérenniser l’engagement des Bocages envers Leucan. L’intention est de continuer tant qu’il y aura des enfants malades dans les hôpitaux.

«Atteint de leucémie en 2016, je peux témoigner des bienfaits du support apporté par Leucan. Surtout que lorsque le diagnostic tombe, on ne sait pas trop dans quoi on s’embarque. Heureusement, on constate vite qu’on n’est pas seul dans notre combat. L’organisme met à notre disposition plusieurs services, dont du soutien, une salle de jeux et des soins. Je peux dire que les massages, ça fait vraiment du bien. Quant au Défi têtes rasées, il nous fait oublier qu’on est différent en multipliant les gens qui n’ont plus de cheveux. On a l’impression que notre situation est moins étrange et inquiétante.»

-Témoignage de Justin Germain, élève des Bocages

Métro Média

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *