Actualités
12:53 20 décembre 2018

Octroi de 8,4M$ pour sauvegarder le parc Cartier-Roberval

L’annonce du projet de conservation de 8,4M$ a été faite en présence des ministres Geneviève Guilbault et Nathalie Roy, ainsi que du maire Régis Labeaume. (Photo Métro Média – François Cattapan)

PATRIMOINE. Abandonné aux intempéries et aux méfaits de la petite faune très encline à squatter ses tranchées, le site archéologique du parc Cartier-Roberval sera finalement préservé. Un montant de 8,4M$ est alloué par le gouvernement provincial pour sauvegarder ce lieu, sur les hauteurs de Cap-Rouge, où s’est installée la première colonie française en Amérique du Nord.

L’annonce a été faite par la vice-première ministre, ministre de la Sécurité publique, ministre responsable de la région de la Capitale, Geneviève Guilbault. Pour la députée de Louis-Hébert, il s’agit d’un premier engagement électoral qu’elle tenait à concrétiser rapidement en début de mandat. Elle convient que «l’endroit avait besoin d’un peu d’amour», après avoir été délaissé depuis presque huit ans.

Le projet prévoit l’ajout d’un belvédère offrant une vue panoramique sur le fleuve Saint-Laurent en contrebas. (Esquisse gracieuseté – CCNQ)

Interrogée sur les détails de l’opération, Mme Guilbault a confirmé que l’objectif était de mettre un terme à dégradation du site et de contribuer à sa mise en valeur. L’idée est de favoriser l’accès public à ce promontoire dominant le fleuve Saint-Laurent et à sa richesse historique. Le budget ne prévoit toutefois pas la continuité des fouilles archéologiques. Les tranchées seront donc recouvertes, avant d’être enfouies au printemps.

Le projet de réaménagement prévoit notamment l’ajout d’une passerelle d’observation comprenant un espace d’interprétation. On y retrouvera également un belvédère offrant une vue panoramique sur le site, le fleuve et l’anse du Cap Rouge.

À terme, le public aura la possibilité de vivre une expérience muséale, en découvrant les lieux peuplés par Jacques Cartier et Jean-François de La Rocque de Roberval, 70 ans avant la fondation de Québec. La Commission de la capitale nationale du Québec (CCNQ) assurera la maîtrise d’œuvre du projet de mise en valeur et de conservation, de même que l’exploitation des lieux.

Ce qu’ils ont dit:

Le site archéologique du parc Cartier-Roberval se trouve sur les hauteurs de Cap-Rouge, près du tracel ferroviaire. (Photo Métro Média – François Cattapan)

«Le site archéologique Cartier-Roberval revêt une importance capitale dans notre histoire, car il est le berceau de la première colonie française sur le continent. C’est pourquoi il était primordial pour nous de le protéger et de permettre sa découverte par tous les citoyens.» – Geneviève Guilbault, ministre responsable de la Capitale

«Le ministère de la Culture et des Communications est fier d’avoir mis son expertise à contribution depuis la découverte du site archéologique Cartier-Roberval. Nous continuerons d’être présents pour la conservation de ce site exceptionnel et pour la gestion de son inestimable collection» – Nathalie Roy, ministre de la Culture

«La richesse archéologique de Québec est non seulement immense, mais également diversifiée et étendue. Nous accordons d’ailleurs une importance particulière à la conservation et à la mise en valeur des lieux qui font le charme de la capitale. Avec cet aménagement majeur, le site Cartier-Roberval deviendra un incontournable.» – Régis Labeaume, maire de Québec

Métro Média

François Cattapan


Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *