Actualités
20:25 18 décembre 2018

Une procession sous le signe de l’altruisme et du partage

Le Défilé des pères Noël du Collège de Champigny est devenu un incontournable.

Parti d’une simple idée de revoir les célébrations scolaires à l’approche des Fêtes, le désir de faire œuvre utile pour la communauté a donné naissance au concept du Défilé des pères Noël orchestré annuellement par le Collège de Champigny. L’événement organisé en collaboration avec la Ville de L’Ancienne-Lorette et le Campus Notre-Dame-de-Foy (CNDF) est vite devenu un moment attendu et couru.

Ce grand rendez-vous festif et charitable prend ses origines dans une initiative pourtant modeste et sans prétention. Le déclencheur est un questionnement sur la pertinence d’organiser le traditionnel échange de cadeaux entre les élèves du collège sis en haut de la côte de l’Aéroport. Parti de presque rien, c’est aujourd’hui un phénomène qui motive autant ses participants que la population tout entière.

«Voyant que plusieurs déploraient l’aspect surconsommation, un professeur a suggéré de tenir un banquet collectif à 10$ le couvert. Les surplus estimés à environ 7$ par tête seraient redistribués sous forme de dons à une cause humanitaire. Fini les cadeaux, moins de déchets et, en prime, une bonne action. C’est ainsi que s’est opéré notre virage pour donner un sens plus engagé à notre journée de préparation aux Fêtes, qui se complète par un défilé de nos 650 élèves habillés en pères Noël dans les rues de L’Ancienne-Lorette», raconte Jean Garneau, directeur général du Collège de Champigny.

Depuis huit ans, chaque jeudi de la première semaine de décembre, cette procession des jeunes vêtus du légendaire habit rouge anime la ville et transmet la joie de vivre sur son passage. Au fil des ans, l’organisation s’est bonifiée de chars allégoriques, de mascottes, de corps musicaux et de troupes de danse. La Ville voit à la logistique du trajet en fermant les rues visitées, tandis que les élèves inscrits à la formation collégiale en technique policière au CNDF prennent charge de la sécurité.

Tout au long du parcours, des cartes artisanales contenants des souhaits et parfois des surprises ont été distribuées aux spectateurs. En échange, ces derniers étaient invités à apporter des dons en jouets, en denrées non périssables et en argent, au profit de la Société de Saint-Vincent-de-Paul et de la Fondation Réno-Jouets.

À certains endroits du défilé, on retrouvait des zones animées avec musique, gâteries et breuvages chauds.

Complément académique

Il faut voir les mines réjouies et la foule massée en bordure des rues pour constater à quel point les Lorettains se sont approprié cet événement. C’est désormais un moment phare qui marque l’approche de la période des Fêtes. Pour les instigateurs, les retombées s’avèrent encore plus grandes. Il s’agit en quelque sorte d’un véritable complément académique qui fait la fierté et la spécificité du Collège de Champigny.

«C’est sûr que c’est un jour spécial et que nos élèves ont du plaisir. Toutefois, la tenue du défilé revêt un volet éducatif par la mise en pratique de leurs préoccupations axées sur les valeurs d’entraide, de partage et de charité. Cela vaut bien des cours de sensibilisation à la bienveillance, à la générosité et à la lutte contre la pauvreté. Comme on le sait, rien n’équivaut à la pratique sur le terrain et à la participation à une action qui peut faire une différence dans la vie d’autrui. Il est très gratifiant de voir ces jeunes se mobiliser autour de ce projet d’engagement communautaire», commente fièrement M. Garneau.

L’activité a culminé en soirée lors d’une célébration multiconfessionnelle à l’église Notre-Dame, sous l’égide des dirigeants des clergés catholique et anglican. Le moment a été propice à la réflexion sur le plaisir de donner avec le cœur et d’apprécier en retour le bonheur d’aider les moins nantis de la société. Voilà un bel exemple du prolongement de la mission scolaire au-delà des murs de l’établissement.

Organismes appuyés par chacun des cinq niveaux de secondaire:

La Fondation Gilles Kègle, la Fondation Réno-Jouets, la Maison Dauphine, les Oeuvres Jean-Lafrance et le Service d’entraide Rayon de Soleil.

François Cattapan


Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles en vedette