L'Appel
11:00 9 décembre 2018

Saint-Augustin immortalise ses fouilles dans la préhistoire

Le documentaire a été dévoilé en présence de l’archéologue Michel Plourde, du président de la Société d’histoire de Saint-Augustin, Bertrand Juneau, et du réalisateur Michel Belleau. (Photo Métro Média – François Cattapan)

 PATRIMOINE. De par sa situation géographique et ses parcelles encore vierges, le territoire de Saint-Augustin s’avère propice aux fouilles en archéologie préhistorique. La découverte récente d’artéfacts de plus de 9000 ans en fait un lieu fertile où trouver des traces du passage des premiers occupants du nord-est de l’Amérique.

Le travail des archéologues a été immortalisé dans un documentaire produit par la Société d’histoire de l’endroit. Fidèle à sa mission de passeur de mémoire, l’organisme y présente un bref tour d’horizon des efforts déployés avec succès pour confirmer la présence de vie préhistorique sur le territoire.

En tout, trois sites ont été explorés depuis les années 1980. D’abord, des fouilles commandées par le ministère des Transports en vue d’aménager la halte routière Cap-de-Pierre, sur l’autoroute 40, ont permis de mettre au jour un campement remontant à 9500 ans. Ensuite, l’exploration en 2010-11 d’une portion du Boisé Saint-Félix a mené à la découverte  d’un site dédié à la taille de pierre vieux de quelque 3000 ans.

Plus récemment, l’archéologue Michel Plourde a dirigé un chantier-école au cours de l’été 2017 dans le parc Riverain du lac Saint-Augustin. Les nombreux artéfacts découverts lui font croire que la richesse du patrimoine préhistorique favorisera la réalisation d’autres fouilles dans l’avenir. À son avis, «il est permis d’espérer trouver un village entier ou des traces encore plus anciennes allant jusqu’à 11 000 ans avant notre ère».

Devoir de mémoire

De son côté, le président de la Société d’histoire de Saint-Augustin, Bertrand Juneau, y voit un formidable savoir à transmettre aux générations futures. «Ces fouilles dépassent la connaissance qu’on a des Amérindiens rencontrés par nos ancêtres à leur arrivée sur le continent. Il s’agit d’un enrichissement à la construction de notre mémoire collective», lance celui qui souhaite en faire un outil pédagogique pour les écoles primaires.

Intitulé Saint-Augustin-de-Desmaures: une terre fertile pour l’archéologie préhistorique, ce documentaire d’une vingtaine de minutes s’adresse à toute personne cherchant à comprendre notre passé. Les chantiers ainsi qu’une partie des coûts du tournage du documentaire ont été possibles grâce à l’entente de développement culturel entre la Ville et le gouvernement du Québec.

Métro Média

François Cattapan


Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles en vedette