L'Appel
20:43 29 juillet 2009 | mise à jour le: 18 octobre 2021 à 10:21 Temps de lecture: 3 minutes

Sainte-Ursule : 50 ans de vie paroissiale

Fondée dans l’ouest de la capitale, la paroisse Sainte-Ursule vient tout juste de franchir le cap des 50 ans dans le secteur Sainte-Foy. L’exposition historique Sainte-Ursule au fil du temps, présentée à l’entrée de l’église de la rue Armand-Hamelin, relate l’essentiel des dernières décennies.

La paroisse a officiellement vu le jour le 28 juillet 1959, date de la canonisation par Mgr Maurice Roy. Le père Armand Hamelin y a présidé les assemblées liturgiques jusqu’en 1972.

Au tout début, le territoire s’étend du pont de Québec jusqu’aux limites carougeoises. La formation de la paroisse Saint-Benoît-Abbé en 1963 entraîne cependant le retranchement de la portion située au nord du chemin des Quatre-Bourgeois.

Sans véritable lieu de culte, les fidèles se réunissent d’abord dans les écoles Notre-Dame-du-Sacré-Cœur (aujourd’hui Cœur-Vaillant) et Pie-XII. En 1961, ils tentent d’obtenir l’argent nécessaire à la construction d’une église, chantier qui s’amorce deux ans plus tard.

En raison du manque de prêtes, les paroisses Saint-Benoît-Abbé et Sainte-Ursule s’unissent en 1994. Le Diocèse prend le gouvernail de cette dernière en 1999. Les deux équipes pastorales feront un à compter 2003.

Deux versions expliquent la dénomination de la paroisse. Selon certains, l’appellation découle des missionnaires du Sacré-Cœur, lesquels ont assuré la charge pastorale à partir de 1959. On les surnommait les «pères Sainte-Ursule». La maison-mère de ces derniers se situait rue Sainte-Ursule, dans le Vieux-Québec.

D’autres penchent plutôt du côté d’une référence à Marie-Ursule Hébert, épouse de John Neilson. Le couple possédait un vaste domaine au XIXe siècle, à l’endroit où se trouve aujourd’hui la paroisse.

On peut visiter l’exposition historique Sainte-Ursule au fil du temps du mercredi au dimanche. Jusqu’à la fin août, un guide accueille les visiteurs de 10h à 16h, sauf le dimanche, de midi à 16h. L’exposition se termine le 11 octobre.

Bon nombre des renseignements proviennent de l’exposition Sainte-Ursule au fil du temps et des archives du journal L’APPEL. Curés de la paroisse

– Père Armand Hamelin (1959-1972)
– Père Gérard Plourde (1972-1984)
– Père Louis-René Gagnon (1984-1991)
– Père Marc-André Gingras (1991-1999)
– Père Jean-Marc Demers (1999-…)

À lire dès demain sur le même sujet : «Le milieu façonne le dynamisme de la paroisse».

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *