Communaute
14:11 1 juin 2018 | mise à jour le: 1 juin 2018 à 14:11 temps de lecture: 2 minutes

La vente de plantes des étudiants de Fierbourg: un franc succès!

Les étudiants finissants de Fierbourg dans les programmes de production horticole et d’horticulture et jardinerie tenaient récemment leur vente annuelle de plantes. En l’espace de quelques heures, la quasi-totalité de leur production a trouvé preneur, conseils et service inclus.

Mathieu Gaudreault, accompagné de quelques étudiants, a passé la journée à vendre et à conseiller la clientèle sur place

Métro Média – Gabrielle Morissette

Les habitués sont arrivés très tôt pour acheter les plants dont les étudiants ont pris soin depuis l’hiver. Pour Mathieu Gaudreault, enseignant du programme, cet événement annuel est une opportunité unique de joindre l’utile à l’agréable, tout en simulant un contexte de travail professionnel.

«Durant la journée, ils vont replacer le stock, enlever les plantes brisées et conseiller la clientèle. C’est une mise en pratique pour les étudiants. Moi, je suis là pour les guider, car ils sont encore en cours», explique-t-il.

La vente sert principalement à financer l’achat de matériel pour les futures cohortes et à libérer l’espace pour d’éventuels projets.

Il y a beaucoup de travail derrière chaque plante, raconte Monsieur Gaudreault. «Tous les étudiants font la propagation et en font le suivi. Ils s’occupent de l’entretien, de la fertilisation et du contrôle phytosanitaire, donc de vérifier les insectes et les maladies. C’est tout un travail qu’ils font en serre pendant l’hiver.»

C’est sans surprise que la vente annuelle de plantes se déroule dans une atmosphère conviviale et positive, où les étudiants prennent plaisir à accueillir la clientèle. «Pour eux, c’est l’apothéose de la fin de leur cours. Ils voient leur travail se faire vendre, les gens l’apprécient et ils sont fiers» commente l’enseignant.

La relève en formation

Selon l’enseignant, les élèves n’auront pas de difficulté à trouver un emploi à la sortie de leurs études. «Il y a vraiment un manque de main-d’œuvre dans ce domaine. Je pense qu’il y a plusieurs entreprises qui aimeraient venir ici pour en recruter. Il y a très peu de main-d’œuvre diplômée», souligne-t-il.

Les étudiants de Fierbourg seront certainement d’une aide précieuse à l’approche de la saison du potager. 

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *