Communaute
17:18 15 décembre 2012 | mise à jour le: 15 décembre 2012 à 17:18 Temps de lecture: 3 minutes

Marcel Trudel, un bénévole au grand cœur

Marcel Trudel est un homme d’exception. Cette année, il célèbre sa 47e année de bénévolat dans sa communauté de Charlesbourg. À 74 ans, avec toute une équipe de bénévoles, il vient en aide aux familles démunies.

«La pauvreté me touche. Il y a de nombreuses familles qui ne mangent pas trois fois par jour. On voit des enfants sautés sur les boîtes, ils en ont besoin. Et c’est important de penser aux autres notamment pendant le temps des fêtes», confie avec humilité Marcel Trudel.

La piqûre du bénévolat l’a touché en 1963 alors qu’il était gérant du rayon des fruits et légumes chez Steinberg. L’épicerie étant ferme le dimanche, Marcel Trudel faisait le tour du magasin. «Toutes les denrées périssables, qui étaient pour se perdre, étaient envoyées à la Saint-Vincent-de-Paul», se remémore-t-il.

Deux activités de Noël

À sa retraite, en 1990, Marcel Trudel s’investira davantage. Avec l’Association des Zouaves, il fonde deux activités de Noël. Et comme chaque année depuis 22 ans, Marcel Trudel organise la livraison de paniers de Noël destinés à 300 familles défavorisées d’une dizaine de paroisses de Québec, Charlesbourg, Beauport et Sainte-Foy. «Chaque année, nous achetons pour 20 000$ de nourriture», confie-t-il. Avec les dons, c’est près de 45 000$ qui est remis à la communauté.

La deuxième activité créée par M. Trudel, également organisée avec l’Association des Zouaves, est la remise de cadeaux lors du dépouillement de l’arbre de Noël, qui s’est déroulé dernièrement. Ainsi, en plus d’un cadeau, quelque 150 enfants ont pu rencontrer le père-Noël.

Cette implication auprès des plus démunis a été possible grâce à l’appui de sa conjointe, Georgette, et de ses quatre enfants. Ainsi famille, amis et membre de l’Association des Zouaves mettent la main à la pâte pour offrir un peu de bonheur à des familles qui en ont besoin. «Cette année, nous avons des footballeurs du Rouge et Or qui sont là pour nous aider à sortir les paniers du sous-sol de l’église Saint-Albert-le-Grand», explique-t-il. Ainsi, une centaine de personnes étaient rassemblées pour livrer ces paniers.

La relève

Depuis quelques années, M. Trudel constate que des enfants viennent avec leurs parents livrer les paniers de provisions. «C’est une bonne leçon de vie. Chaque année, nous avons un peu plus d’enfants qui s’impliquent», se réjouit M. Trudel. Malgré cela, «la relève pour le bénévolat en général est plutôt faible», avoue-t-il.

M. Trudel a su transmettre son dévouement à ses enfants. «Mon père est un homme d’exception. Il veut que tout le monde soit heureux. Il a un cœur en or», confie sa fille, Chantal Trudel, qui suit les traces de son père.

À lire également : De nombreuses implications

Groupe Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *