Communaute
22:13 25 septembre 2015 | mise à jour le: 25 septembre 2015 à 22:13 Temps de lecture: 2 minutes

Archives: Église Sainte-Maria-Goretti

Un retour en arrière de circonstance alors que la Ville de Québec vient d’autoriser la démolition de l’église Sainte-Maria-Goretti. En date de la photo – 20 septembre 1966 –, le lieu de culte est fraîchement érigé alors qu’on situe sa construction de 1965 à 1966. Elle est l’œuvre des architectes Laroche, Ritchot et Déry, à qui l’on doit plusieurs églises du diocèse de Québec à la même époque. Bâtie selon un plan longitudinal et recouverte de stuc blanc pour les murs et de bardeaux en cèdre pour la toiture, elle s’inscrit dans une mode en vogue au cours des années 1960 dans le diocèse, rapporte Claude Bergeron. Pour Sainte-Maria-Goretti comme pour les autres qui lui ressemblent, l’historien de l’architecture y voit l’influence de «l’architecture ancienne du Québec qui servait alors de plus en plus de modèle aux maisons que l’on construisait dans les nouveaux quartiers de banlieue où furent érigées ces églises. Par contre, la façon plutôt fantaisiste de retrousser le toit leur donne une allure quelque peu exotique qui surprend» (L’architecture des églises du Québec, 1987). À droite de l’église est accolé le presbytère (démoli sur la photo de 2015), aux allures de chalet suisse avec sa forme pittoresque et son balcon. L’édifice de 700 places subira peu de transformations jusqu’à sa fermeture au culte, en 2007, en raison d’une baisse de participation des fidèles. À cette époque, on parle d’une «réutilisation communautaire» des lieux qui nécessiterait des investissements de 2M$… Finalement, l’église sera vendue en 2011 à Groupe Conseil Tremblay pour être intégrée à un projet de condos. On connaît l’issue des événements.

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *