Communaute
20:27 10 juillet 2014 | mise à jour le: 10 juillet 2014 à 20:27 temps de lecture: 3 minutes

Où on vous donne une raison de manger de la crème glacée sans (trop de) culpabilité…

PLAISIR D’ÉTÉ. En 2004, quand Pur Dél-ice ouvre ses portes au 1289, boulevard Louis-XIV, le marché des crèmeries est encore timide dans ce secteur. Depuis, à proximité, d’autres bars laitiers ont poussé à la faveur de la popularité de ce plaisir d’été. C’est le jeu de la concurrence, admettra Franck Olivier, copropriétaire avec sa conjointe, Nathalie St-Hilaire; un jeu dont ils savent toutefois tirer leur épingle en misant sur des produits exclusifs.

Comme pour marquer le coup de ses dix ans d’existence, Pur Dél-ice fait le saut cette saison vers une crème glacée molle à base de lait et de crème. Au placard, les produits composés de «substances laitières modifiées» qui figurent sur la liste des ingrédients de nombre de crèmes glacées sur le marché; la clientèle du commerce familial a désormais accès à une molle dite «santé».

«Santé» avec des guillemets, dans la mesure où l’utilisation de lait et de crème garantit la présence de bons gras, comparativement aux gras de source industrielle associés aux maladies cardiovasculaires. Franck Olivier ne fait pas de cachette: pour atteindre le degré d’onctuosité et le goût intense qu’il souhaite offrir à ses clients, la recette exige un certain pourcentage de matières grasses et de sucre. Se faisant un devoir de vérifier la qualité de sa production, il admet, avec le sourire, que sa silhouette tend à en garder le souvenir subtil avec les années.

Fidéliser la clientèle

Autre exclusivité, le sorbet molle aux framboises a fidélisé toute une clientèle depuis trois ans, au dire du copropriétaire qui fait partie des accros. Avec, désormais, près de 80% des produits glacés et des cornets qui sont fabriqués sur place, le Français d’origine n’a pas d’autres nouveautés dans ses cartons à court terme.

Depuis 20 ans qu’il œuvre dans le domaine de la crème glacée – depuis son arrivée au Québec –, il observe par ailleurs une plus grande exigence chez les clients. La glace à la gomme balloune de marque industrielle n’a plus la faveur des enfants, si elle l’a déjà eue; Franck Olivier a été le premier étonné de les voir choisir le sorbet au cassis dans son comptoir – quoique lui-même en est amateur.

Comme un couple qui se complète jusque dans la crème glacée, sa conjointe, Nathalie St-Hilaire, craque aussi pour le cassis, mais en formule gelato. On n’est pas propriétaires d’une crèmerie sans apprécier ce plaisir d’été.

Accrocs de la crème glacée à Pur Dél-ice

– 80 000 cornets vendus par été

– 66% préfèrent tremper dans le chocolat au lait plutôt que noir

– 6: record de boules pour un même client

Franck Olivier en quatre questions indiscrètes

Crème glacée ou sorbet?

Sorbet.

Cornet normal ou gaufré?

Gaufré.

Nature ou trempé dans le chocolat?

Chocolat, noir.

Banana split ou sundae?

Banana split.

Membre du Groupe Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *