Communaute
20:10 3 novembre 2014 | mise à jour le: 3 novembre 2014 à 20:10 temps de lecture: 3 minutes

L’école des Sentiers dans un virage vert

ENVIRONNEMENT. L’école des Sentiers «prend ses RRR» avec la mise en place d’un programme qui vise à Réduire, Réutiliser et Récupérer les matières résiduelles. Initiative du Comité Enviro + en collaboration avec l’organisme Québec’ERE, toute l’école est appelée à faire sa part pour changer ses habitudes en la matière.

L’idée a germé il y a déjà quatre ans, au moment de la création du Comité Enviro +. Non satisfaits de s’en tenir au recyclage du papier, les élèves avaient exprimé leur désir d’étendre leur champ d’action à d’autres matériaux. Mais voilà, il fallait d’abord convaincre la direction que les bénéfices d’un tel projet valaient bien les inconvénients préalables à sa mise en œuvre, confie Marie-Andrée Boivin, enseignante de science et coresponsable du Comité Enviro + avec Marie-Ève Pépin.

La collaboration de Québec’ERE a joué lourd dans la balance. Son programme «L’école prend ses RRR», déjà implanté dans plusieurs établissements scolaires, avait l’avantage d’offrir un cadre et un accompagnement aux ambitions des membres du Comité Enviro +. Car il ne s’agissait pas seulement d’ajouter des bacs de recyclage, mais de prévoir aussi un plan de gestion des matières résiduelles. «On n’arrive pas dans l’école en changeant tout; on y va avec les forces», explique à ce titre Barbara Genest, directrice de Québec’ERE et accompagnatrice du projet aux Sentiers.

Une éducation à faire

Le travail s’est donc amorcé l’an dernier, avec la collaboration de la direction et de l’équipe de l’entretien ménager, et est en voie de s’achever ces jours-ci. À terme, les classes, le hall, les corridors et la cafétéria seront dotés d’îlots de tri pour le papier et le carton d’une part, et le verre, métal, plastique et multicouches d’autre part. Les élèves ont participé à un atelier d’information sur le recyclage, et une campagne de sensibilisation se déploiera à l’automne.

«Notre objectif, c’est que ce soit durable pour toute leur vie», fait valoir Mme Genest, qui voit aussi les jeunes comme des ambassadeurs auprès de leurs parents. Car, en dépit de ce qu’on pourrait croire, la pratique du recyclage est loin d’être acquise et il existerait encore un bon nombre de mythes et de préjugés. Des «ça sert à rien», Barbara Genest, Marie-Andrée Boivin et Marie-Ève Pépin en entendent régulièrement.

Rien, cela dit, pour décourager les élèves du Comité Enviro +, qui ont d’ailleurs d’autres projets dans la manche. Les deux enseignantes ne cachent pas leur souhait, pour leur part, d’en arriver un jour à intégrer la pratique du compost à l’école des Sentiers.

Ne vont pas dans le bac de récupération…

– Jouets en plastique

– Plats en pyrex

– Grille-pains en métal

Membre du Groupe Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *