Communaute
16:02 25 septembre 2014 | mise à jour le: 25 septembre 2014 à 16:02 temps de lecture: 3 minutes

Dis-moi ce que tu aimes, je te dirai qui tu es

CAMPAGNE. Alexandra Leclerc-Bois a 18 ans. Comme beaucoup de jeunes femmes de son âge, la mode, elle en mange. Lorsqu’on lui a offert d’être jumelée à la créatrice de la ligne Myco Anna pour la campagne Similitudes, elle n’a pas hésité. Pour elle, c’était l’occasion d’attirer l’attention sur une passion qui, auprès de certaines gens, peut rester dans l’ombre de sa légère déficience intellectuelle.

La campagne Similitudes existe depuis sept ans. Portée par l’Association pour l’intégration sociale – région de Québec (AISQ), elle vise à sensibiliser le grand public aux capacités des personnes vivant avec une déficience intellectuelle. «Souvent, on va parler de leurs limites. On veut plutôt faire une campagne positive en montrant ce qu’ils aiment», explique Marjorie Fortin, agente d’information à l’organisme situé à Charlesbourg.

Chaque année, deux personnes se trouvent ainsi jumelées sur la base de leurs intérêts communs. L’initiative devient l’occasion d’aller à la rencontre de l’autre – et de soi-même à travers l’autre, comme en témoigne Christiane Garant, qui a partagé l’expérience avec Alexandra.

Une expérience humaine

«Ça nous met dans une situation hors zone [de confort], reconnaît d’emblée la femme derrière la griffe Myco Anna. On ne sait pas trop comment agir, on a la crainte de ne pas avoir l’air naturel ou d’infantiliser la personne.» Pour autant, il ne faut pas y voir un obstacle. À ceux qui hésiteraient à l’idée de participer à une prochaine campagne, elle recommande «de ne pas avoir peur du malaise», au-delà duquel l’expérience se révèle profondément humaine.

Elle-même une grande timide, elle s’est dite touchée par ce trait de caractère qu’elle retrouve chez Alexandra à l’égard de sa différence. D’ailleurs, ils sont beaucoup à être fiers de la jeune femme qui, après avoir accepté d’être une tête d’affiche de la campagne, s’est souvenue qu’elle n’aimait pas nécessairement être le centre d’attention. Encore moins voir son visage sur les autobus du Réseau de transport de la Capitale (RTC) tout le mois de septembre.

Qu’à cela ne tienne, la résidente de Neuchâtel n’a pas failli à son engagement; elle s’est prêtée à la séance photo à l’atelier de Myco Anna, dans le quartier Saint-Sauveur, et a participé à la soirée cocktail organisée dans le cadre de la Semaine québécoise de la déficience intellectuelle. Vaincre ses peurs fait aussi partie des buts du projet Similitudes, précise Marjorie Fortin.

Alors que la campagne touche à sa fin, Alexandra avoue que l’expérience fut exigeante mais plaisante. Pour celle qui fabrique des bijoux, tricote, brode, feuillette les magazines de mode, visite les boutiques, l’initiative lui a permis de laisser libre cours à sa créativité. En cela, elle a trouvé en Christiane Garant une alter ego.

Membre du Groupe Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *