Communaute
20:33 3 mai 2013 | mise à jour le: 3 mai 2013 à 20:33 temps de lecture: 3 minutes

«Élève ta note»: un projet rassembleur pour l’école de l’Escalade

Avoir 6, 9 ou 12 ans, et déjà avoir connu la dynamique d’un studio d’enregistrement, de chanter sur un disque, de performer sur une scène. Déjà, par le fait même, avoir réalisé son rêve pour certains d’entre eux. Car les élèves de l’école primaire de l’Escalade, dans la paroisse de Bienheureux-Jean-XXIII à Charlesbourg, peuvent maintenant se vanter d’avoir un album à leur nom et à leur image.

Chaque année, l’école l’Escalade monte un projet collectif pour stimuler le sentiment d’appartenance chez les élèves. Cette fois, elle a fait affaire avec Luc Marquis, auteur-compositeur-interprète qui, depuis quelques années, propose des projets musicaux clé en main aux établissements scolaires.

Bien connu de la direction qui l’emploie comme professeur de djembé, l’artiste a commencé sa tournée des classes en octobre dernier pour faire parler les élèves sur ce qui les préoccupe. De ces échanges, des thèmes se sont imposés pour chaque niveau, du préscolaire à la sixième année.

Luc Marquis a tiré des textes à partir de ces discussions, qu’il a mis en musique. Il a transporté son studio mobile à l’école pour l’enregistrement, dont le résultat, charmant, est immortalisé sur Élève ta note. On peut y entendre l’ode des élèves de première année à «Papa, maman», alors que ceux de sixième année chantent les joies et les appréhensions d’être finissants. Des appréhensions, on en a aussi à 7 ans lorsqu’on apprend à «Lire et écrire», ou à 10 ans à la perspective de recevoir un vaccin. Même le service de garde et le personnel de l’école poussent la note.

Les 16 et 17 avril derniers, les 400 élèves, les 16 éducatrices de garde et la trentaine de membres du personnel ont ainsi fait salle comble à la Polyvalente de Charlesbourg, où ils ont livré le produit fini de leurs efforts.

«Tout le monde a été sollicité», fait remarquer Lisa Roy, directrice, qui explique que c’était là une belle occasion de rassemblement alors que, dès septembre, beaucoup d’élèves devront fréquenter l’école Saint-Pierre et des Sentiers en raison du redécoupage des bassins scolaires.

Elle se réjouit également de la persévérance dont ont fait preuve les élèves, qui se sont prêtés de bonne grâce aux nombreuses répétitions qu’exige un enregistrement. Elle espère que le projet a permis de leur faire prendre conscience du rôle de la musique en général, en tant que valeur positive à transmettre.

Membre du Groupe Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *