Communaute
19:47 4 février 2013 | mise à jour le: 4 février 2013 à 19:47 Temps de lecture: 3 minutes

SAIRAH aide les adultes ayant un handicap

Le Service d’Autonomisation d’intégration et de réadaptation aux adultes ayant un handicap (SAIRAH) propose diverses activités aux personnes âgées entre 20 et 60 ans. Seul organisme communautaire de Charlesbourg à offrir un lieu de loisirs à cette tranche d’âge, le SAIRAH poursuit sa mission : favoriser l’intégration et la participation sociale d’adulte ayant un handicap.

Né il y a 18 ans, le SAIRAH est une ressource pour les personnes ayant un handicap au niveau sensoriel, intellectuel léger à moyen, physique ou psychique. «Tous les membres doivent être autonomes. Nous leur offrons du loisir. Nos intervenantes ne s’occupent pas de leur hygiène et ne font pas de soins», explique Claudette Brasseur, présidente de l’organisme depuis huit ans, dont le fils, Patrick, est déficient intellectuel léger.

Chaque jeudi et chaque vendredi soir, entre 20 et 30 membres viennent profiter des différentes activités mises en place par les intervenantes. Entre les soirées littérature et la lecture d’un roman aux jeux de société en passant par le bingo, le loto ou encore une animation proposée par Éducazoo, les participants ont de quoi s’occuper. Les intervenantes organisent régulièrement des sorties comme, récemment, leur soirée théâtre.

Et deux samedis par mois, tous se retrouvent. Le deuxième samedi, ils participent à des jeux coopératifs. Le quatrième samedi, les membres se déhanchent sur la piste de danse. «Les soirées disco sont très populaires. Nous avons jusqu’à 35 membres. Lors de cette soirée, ils peuvent amener des amis. Cette soirée est très prisée, car ils n’ont pas beaucoup l’occasion d’aller danser», poursuit Claudette Brasseur.

De plus en plus de membres

Depuis plusieurs années, les responsables de l’organisme voient le nombre de demandes croître. Actuellement, le Service compte une soixantaine de membres. «Nous avons une liste d’attente et refuser de nouveaux membres, ça nous fait mal au cœur. Nous avons seulement deux intervenantes dont une s’occupe également de la gestion de l’organisme. Nous aurions besoin d’une troisième personne», constate la présidente. Subventionné par le Programme de soutien aux organismes communautaires (PSOC), le SAIRAH espère obtenir une hausse de sa subvention afin de financer un nouveau salaire.

L’organisme est également un lieu de fraternisation. «Mon fils s’est fait des amis, il a même une blonde, explique Claudette Brasseur. Ils ont beaucoup de plaisir tous ensemble.»

Le SAIRAH est situé au 7575, boulevard Henri-Bourassa. Renseignements au 418 990-7744.

Charlesbourg Express, membre du Groupe Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *