Communaute
13:22 13 décembre 2013 | mise à jour le: 13 décembre 2013 à 13:22 temps de lecture: 5 minutes

La Corporation de loisirs Bourassa mise sur la différence

«On essaie de se différencier des autres corporations», répétera quelques fois la coordonnatrice de la Corporation de loisirs Bourassa, Christine Dubé, au fil de l’entretien. Des différences qui se font sentir autant dans une programmation qui assume sa dominante sportive que dans les équipements que l’organisme met à la disposition de la population dont, dernièrement, une surface multisports au parc Terrasse Bon-Air.

À huit corporations de loisirs sur le territoire de Charlesbourg, elles ont en effet tout intérêt à diversifier l’offre de service pour ne pas se piler sur les pieds. Pour y arriver, Christine Dubé prend des notes pendant un an en tenant compte des suggestions des professeurs, des demandes des parents, des tendances du moment – ici comme ailleurs.

Elle reconnaît qu’elle a beaucoup plus de facilité à trouver des activités sportives, étant elle-même portée sur celles-ci. Mais ça tombe bien: «Les gens veulent tout le temps être plus en forme. Après le temps des Fêtes, après les vacances d’été…» À ceux-là, elle leur propose donc une quinzaine de choix, du viniyoga au pilates, en passant par le badminton et le cardio-vélo.

En contrepartie, les inscriptions aux activités culturelles connaissent des hauts et des bas selon les saisons. Les cours de langue anglaise semblent cependant toujours avoir la cote, au point où on offre désormais aux tout-petits (3 à 5 ans) d’en apprendre les rudiments en jouant. Il faut dire que depuis deux ans, dans ce quartier qui compte environ 6000 adresses, «on voit beaucoup de nouvelles familles qui viennent s’installer, fait remarquer la coordonnatrice. Juste à côté [à l’école du Rucher], il y a une nouvelle classe de maternelle.»

Passer par les jeunes

Une nouvelle réalité qui se reflète dans les inscriptions au dernier programme vacances-été (PVE), que les Loisirs Bourassa ont pris en charge pour la première fois en relève de l’Arrondissement de Charlesbourg. De 108 jeunes en 2012, ils en ont accueilli 127 cette année. La semaine de relâche n’est pas en reste avec une augmentation de plus de 1000 % en quatre ans.

Il faut dire que l’organisme travaille à maintenir une bonne entente avec les écoles du secteur. «C’est la base pour rejoindre les parents», estime Christine Dubé qui, contrairement à bon nombre de corporations du territoire, a vu grimper ses inscriptions à l’automne 2013. Une hausse de 10 % qui serait d’ailleurs surtout attribuable aux adultes.

Les choses vont bien, donc, pour la corporation qui célébrait l’année dernière ses 25 d’existence. Plus de cours, plus de plages horaires… Elle entend continuer sur cette lancée, entre autres en optimisant l’utilisation de ses locaux et en développant le volet culturel de la programmation. La reconstruction de la cabane de balle au parc Saint-Jérôme est également dans les cartons.

Pour le reste, le président du conseil d’administration souhaite pouvoir compter sur de la relève. «On voudrait que les gens s’approprient leur corporation, qu’ils s’impliquent plus. C’est une participation bénévole qui se résume surtout à un pouvoir décisionnel», explique Germain Jacob en faisant valoir qu’une seule rencontre par mois est prévue à l’horaire de celui qui souhaiterait mettre l’épaule à la roue. «C’est important de s’impliquer. C’est ce qui nous amène de nouvelles idées», plaide de son côté Christine Dubé.

***

Dans votre programmation, quelle…

…activité est la plus populaire?

Chez les jeunes, c’est la danse à l’année et le patin à l’hiver. Chez les adultes, il y en a plusieurs! Ils sont tous populaires! Disons le golf, le zumba gold, le spinning… et bien d’autres!

…est la nouvelle mode?

Tous les types de zumba confondus.

…est la dernière activité ajoutée?

Les cours de langue pour les jeunes, de langage des signes et Apprendre à patiner.

…activité est la plus ancienne?

Le golf. Ça remonte au temps de la Corporation Saint-Jérôme [qui a été fusionnée à la Corporation Terrasse Bon-Air en 1987 pour donner naissance à la Corporation de loisirs Bourassa]. Ça fait 25 ans minimum!

…activité a disparu?

Le tai-chi, qu’on a enlevé pour le laisser à d’autres corporations.

***

Avec ses huit corporations de loisirs, Charlesbourg se distingue en matière de services de loisirs de proximité. Si chacune d’elles est chargée d’animer le quartier qui l’abrite, encore faut-il qu’elle soit au diapason de sa dynamique et de sa composition, à l’écoute des besoins et des intérêts des citoyens qui habitent le secteur. C’est donc en tant qu’actrices et spectatrices de leur communauté que le Charlesbourg Express leur a lancé l’idée d’une série où, en nous parlant d’elles-mêmes et de leur programmation de loisirs, elles nous diraient en même temps quelque chose de leur milieu de vie.

**À noter que la série sur les corporations de loisirs fera relâche pendant quelques semaines pour reprendre à l’hiver.

Membre du Groupe Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *