Communaute
13:57 23 août 2013 | mise à jour le: 23 août 2013 à 13:57 temps de lecture: 3 minutes

Retour sur la traversée du Canada à vélo d’Alexandre Côté

7500 kilomètres à vélo en 82 jours, cela aura peut-être usé les pneus du vélo d’Alexandre Côté, mais visiblement pas ses souliers: dès le lendemain de son retour de sa traversée du Canada, le 16 août dernier, il enfilait ses espadrilles pour ajouter un petit 7 kilomètres de course au compteur.

Qu’est-ce qui fait tant courir le jeune homme de Charlesbourg? Pour la traversée du Canada, il l’avait annoncé avant son départ en mai dernier: le défi physique, combiné à la curiosité de découvrir le pays. À ce titre, il n’a pas été déçu: des paysages grandioses, il en a vu au cours de son aventure, en particulier au cœur des Rocheuses où il a pu admirer des rivières d’eau turquoise. «C’est tellement beau que ça motive, ça te donne de l’énergie.» C’est à se demander d’ailleurs ce qui, des Rocheuses ou des kilomètres de côtes qui les composent, lui aura davantage coupé le souffle.

En chemin, la solitude des grands espaces a favorisé quelques belles rencontres. À Régina, il a fait la connaissance de deux étudiants de l’Université Laval, Francis Lemire et Gabriel Lauzière, qui roulaient pour la Société canadienne du cancer. Ils ont fait route commune jusqu’en Ontario, avalant 1000 kilomètres en 7 jours. S’il a apprécié de partager son quotidien à un moment où, en plein milieu de parcours, la motivation traînait un peu de la patte, il a mesuré en contrepartie les avantages de voyager en solo, dont celui d’avancer à son propre rythme.

Des idées qui font leur petit bonhomme de chemin

Il reste que c’est plus en forme que jamais qu’Alexandre Côté revient de son périple, avec deux nouvelles résolutions en tête. La première, celle de participer à un marathon l’année prochaine, une épreuve qu’il juge «assez impressionnante». La deuxième, celle d’ouvrir éventuellement un studio d’enregistrement, lui qui avait déjà l’intention d’entreprendre des études en technique de scène. Ses réflexions sur son avenir auront ainsi fait aussi un bout de chemin pendant l’été.

Les yeux fixés sur ces projets, il ne tourne pas pour autant complètement la page sur les dernières semaines. Associant sa traversée du Canada à la Fondation Gilles Kègle, pour laquelle il avait recueilli une somme avoisinant les 2400 $ grâce à des activités de financement et à ses partenaires (la Caisse populaire Desjardins de Charlesbourg et le Groupe Gilles Fleury Pharmacien), il entend s’impliquer bénévolement auprès de l’organisme. Il devrait rendre visite prochainement à Gilles Kègle pour lui remettre les dons offerts, en cours de route, par des Canadiens touchés par la démarche du jeune homme.

Qu’est-ce qui le fait tant courir? Peut-être le désir de s’accomplir sur tous les fronts.

Membre du Groupe Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *