Communaute
00:38 27 août 2013 | mise à jour le: 27 août 2013 à 00:38 temps de lecture: 3 minutes

L’école primaire Cap-Soleil et Saint-Pierre fin prête – ou presque – pour la rentrée

28 août 2013: c’est la rentrée pour les 552 élèves du préscolaire à la 6e année qui fréquenteront la nouvelle école primaire Cap-Soleil et Saint-Pierre. Résultat de la redéfinition du bassin de certaines écoles pour répondre aux besoins des nouvelles familles du secteur de Charlesbourg, l’établissement scolaire a profité de l’été pour se refaire une beauté.

En fait, les changements apportés dépassent la seule esthétique. Accueillant auparavant des adolescents du premier cycle du secondaire, le pavillon Saint-Pierre a nécessité plusieurs travaux de rénovation et l’achat de mobilier et matériel adaptés pour se conformer aux exigences de sa jeune clientèle. «Une telle ampleur des travaux, c’est rare», confirme le nouveau directeur, Carl Barrette, qui envisage comme un défi la mise en place d’une nouvelle structure d’accueil.

Ainsi, d’anciennes salles du personnel sont devenues des classes; des tableaux blancs interactifs sont venus garnir certaines d’entre elles; des locaux ont été aménagés pour le service de garde et les cours d’informatique, d’arts plastiques et de musique; les couleurs de l’école ont rafraîchi l’allure des corridors; et le gymnase, les vestiaires sportifs et les toilettes affichent une meilleure mine. Bref, ça sent le neuf à l’aube de la rentrée scolaire, même s’il reste encore quelques travaux à terminer en raison de l’épisode de grève dans la construction.

Le site extérieur n’est pas en reste, avec l’ajout d’un terrain synthétique et d’un module de jeu. Grâce à un partenariat avec l’Arrondissement de Charlesbourg, les élèves pourront également bénéficier des installations du parc Saint-Pierre, comme le terrain de tennis et la patinoire.

Programme Santé globale

Cette importance accordée aux installations sportives s’explique par le fait que l’école Cap-Soleil et Saint-Pierre est le premier établissement primaire de la région à adopter le programme Santé globale. Ce modèle d’enseignement, reconnu internationalement, encourage non seulement le développement physique, mais également intellectuel, social et affectif. «On vise à construire le jeune de demain», résume Carl Barrette.

C’est dire que la grille-matières est entièrement bâtie autour de cette démarche, les professeurs intégrant un programme d’éducation à la santé à leur charge de cours. Les périodes d’activités physiques se trouvent également bonifiées, incluant entre autres des séances de danse. Le football et le hockey sur glace s’ajoutent par ailleurs à l’offre d’activités parascolaires. L’ancien directeur de l’école du Bois-Joli et du Bocage de Boischatel ne cache pas que, outre sa volonté de s’impliquer auprès des élèves, des parents et du personnel, la dimension sportive fait partie de la couleur personnelle qu’il entend donner à l’établissement de Charlesbourg.

Membre du Groupe Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *