Communaute
16:17 22 octobre 2013 | mise à jour le: 22 octobre 2013 à 16:17 Temps de lecture: 3 minutes

Les Aînés regroupés de Charlesbourg: par les aînés, pour les aînés

Voilà 25 ans que les Aînés regroupés de Charlesbourg (ARC) travaillent au bien-être des aînés. Un besoin qui ne se dément pas d’hier à aujourd’hui, et qui continue donc d’être au cœur du mandat de cette table de concertation composée elle-même d’aînés. Reconnue par l’Arrondissement de Charlesbourg, elle cherche à faire le lien entre les organismes d’aînés de l’arrondissement pour partager les ressources et harmoniser les services et les activités.

«Je regarde tout ce qui s’est fait, et tout reste à faire», lance d’emblée sa présidente, Lise Boulanger, devant une liste pourtant déjà longue de réalisations. Mais, avoue-t-elle, la lutte contre la solitude et l’isolement, les efforts pour le développement de la qualité de vie, et la préoccupation de demeurer à l’écoute des besoins de ces aînés qui sont en nombre croissant ne sont pas moins d’actualité aujourd’hui, au contraire. Elle remarque que, avec une technologie qui se renouvelle à tout instant sans, souvent, tenir compte des capacités parfois diminuées des aînés, ceux-ci ont de moins en moins de place dans la société.

Aussi le grand projet de l’ARC, ce serait de créer un milieu de vie pour cette population de 65 ans et plus qui, pour l’heure, n’a pas de locaux bien à elle où pratiquer ses loisirs. «On aimerait avoir une salle intergénérationnelle et multifonctionnelle», fait savoir Mme Boulanger. Ce lieu serait mis à la disposition de tous les membres des clubs d’activités que chapeaute l’ARC, contribuant par le fait même à l’autre souhait formulé par la présidente, celui d’une plus grande ouverture de la part des clubs d’aînés. «Il y a encore beaucoup d’esprits de clocher. J’aimerais qu’il y ait de l’entraide, qu’on jumelle des activités, qu’on travaille tous dans le même sens. On veut tous la même chose après tout: le bien-être des aînés.»

En attendant, l’ARC poursuit sa mission de soutien auprès des organismes d’aînés. La table met présentement sur pied une formation sur mesure qui offrira d’outiller ceux-ci pour bien administrer leurs clubs. «C’est beaucoup de travail de gestion auquel ils ne sont pas toujours préparés. On veut leur faciliter la tâche, sur une base volontaire», explique la présidente.

Un passé garant de l’avenir

Avant elle, d’autres présidents et membres ont porté à bout de bras la cause de l’ARC. Dans ses débuts, celui-ci a participé à la création du Centre d’aide et d’action bénévole de Charlesbourg (CAABC) puis, plus tard, à celle de la Coopérative de solidarité de services à domicile de Québec. Porteur de projets, de colloques et de forums qui réfléchissent à la place des aînés, il est devenu en 2009 mandataire pour la mise en œuvre du projet Ville amie des aînés (VADA) à Charlesbourg. Cet engagement – qui continue – lui a donné un nouveau souffle alors qu’il vivait une période de désengagement de la part des associations membres.

À ce titre d’ailleurs, Lise Boulanger croit que l’ARC doit beaucoup à Claude Charbonneau et Gérald Lavoie qui, se succédant au siège de président à cette époque, ont refusé de laisser tomber les aînés. Hommage leur a ainsi été rendu, ainsi qu’à tous les autres bâtisseurs, lors d’un dîner pour célébrer les 25 ans de réalisations de la table de concertation.

Membre du Groupe Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *