Communaute
18:43 4 octobre 2013 | mise à jour le: 4 octobre 2013 à 18:43 temps de lecture: 3 minutes

«Si les mots peuvent blesser, les belles paroles peuvent guérir» – Cathy Giasson

En 2012, en mettant sur pied l’activité de cyberappréciation pour inciter les jeunes à utiliser le réseau social Twitter pour écrire des messages positifs, l’école primaire du Parc-Orléans voulait être proactive dans sa lutte contre l’intimidation. Elle ne se doutait pas qu’elle le serait au point d’inspirer à la ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport le thème «Branché sur le positif» de la Semaine contre l’intimidation et la violence à l’école. Du 30 septembre au 4 octobre derniers, Marie Malavoy a ainsi lancé l’invitation à tous les jeunes de la province à mettre en pratique la cyberappréciation dans leurs échanges virtuels.

«J’ai le goût de vous inviter à organiser, et ce, dès l’an prochain, une journée nationale de la cyberappréciation», disait Jasmin Roy lorsque, à son passage à l’école de Charlesbourg en décembre dernier, il prenait connaissance du projet mené par les élèves de 5e et 6e années et leurs titulaires. Celui dont la fondation qui porte son nom a pour mission de lutter contre la discrimination, l’intimidation et la violence faites aux enfants en milieu scolaire aux niveaux primaire et secondaire s’engageait même à en glisser un mot à la ministre concernée.

Chose promise, chose due. L’initiative de l’école primaire a même donné naissance à du matériel pédagogique distribué gratuitement par le Ministère dans les commissions scolaires du Québec. «Nous organisons une semaine, mais il faut savoir que les activités de sensibilisation se poursuivront au cours des 51 autres. Il faut que les élèves et le personnel enseignant continuent à se mobiliser pour faire du cyberespace un lieu agréable et sécuritaire où il faut apprendre et s’amuser», a ajouté Marie Malavoy.

Deux récompenses

Pour l’école de la Commission scolaire des Premières-Seigneuries, les bonnes nouvelles ne s’arrêtaient toutefois pas là. Quatre d’entre eux ont été conviés à l’Assemblée nationale pour lancer les activités de sensibilisation. En remplacement de Marie Malavoy, Agnès Maltais a présenté Régine Nzeyimana, Florent Montminy, Émilie Bouffard et Simon-Pierre Hamel comme faisant partie des initiateurs du thème «Branché sur le positif». Ils étaient accompagnés de l’enseignante Cathy Giasson qui, avec Denise Arsenault, Annie Côté et Caroline Sirois, a chapeauté le projet à l’école du Parc-Orléans.

Afin de souligner la résonance que connaît la cyberappréciation, la direction a par ailleurs organisé un pique-nique festif le 3 octobre. Bouclant la boucle, Jasmin Roy y était pour féliciter le personnel et les élèves. Ceux-ci se sont rapidement agglutinés autour du porte-parole pour recevoir une affiche signée de sa main. En retour, ils lui ont remis une photo-souvenir où sont immortalisés tous les élèves de l’école, qui ont clôturé l’événement en entonnant la chanson Parfait du groupe Atomik.

On peut suivre les messages d’appréciation de l’école du Parc-Orléans sur Twitter en cherchant le mot-clic #Cybra.

Membre du Groupe Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *