Communaute
14:42 8 février 2013

Une histoire qui parle d’elle-même

C’est en 1948 que le Patro de Charlesbourg a été fondé dans une grange située dans le secteur Gros-Pin à Charlesbourg. Sept ans plus tard, on procédait à l’inauguration des nouveaux locaux de l’organisme qui étaient situés sur la 77e Rue Est.
C’est à l’OTJ (Organisation des terrains de jeux) Sainte-Maria-Goretti que le Patro des filles voit le jour. La même année, on inaugure la piscine du Patro, laquelle est toujours située au même endroit et qui subira dans les prochains mois une cure de rajeunissement dans le cadre du 65e anniversaire du centre communautaire.
En 1967, en pleine année de l’Expo de Montréal, le Patro devient une corporation civile présidée par André Tremblay. Trois ans plus tard, on procède au réaménagement des locaux de l’organisme situés sur la 77e Rue Est.
En 1980, le Patro de Charlesbourg et le Patro des filles ne font plus qu’une seule entité. L’organisme de Charlesbourg devient alors le dernier des sept patros localisés au Québec à procéder à cette unification.
Pour la première fois dans l’histoire du Patro, un laïc, Michel Verret, est nommé directeur général. Seulement deux autres directeurs généraux occuperont le même poste, Pierre Parent et Carolle Pelletier.
Une entente conclue entre la Fabrique Saint-Charles-Borromée, la Ville de Charlesbourg et le Cégep de Limoilou fait en sorte qu’on démolit le Patro de la 77e Rue Est pour y construire le Campus de Charlesbourg du Cégep Limoilou. On décide dans le même souffle de construire le nouveau Patro à l’endroit où il est situé actuellement.
Le président du conseil d’administration d’alors, Guy Charest, coupe en octobre 1990 le ruban symbolique inaugurant le nouvel emplacement du Patro de Charlesbourg. L’année 1996 voit ensuite éclore de nombreux projets : Aide à l’impôt, étude «Le regard des Charlesbourgeois sur leur Patro, réalisation du projet »Opération de quartier», lancement des Cercles d’emprunt, etc.

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *