Communaute
13:29 12 novembre 2013 | mise à jour le: 12 novembre 2013 à 13:29 temps de lecture: 3 minutes

L’école Le Sommet mise sur les sports, les langues et la technologie

Une concentration en vélo de montagne, un volet trilangues, un virage technopédagogique…: l’école secondaire Le Sommet travaille à plusieurs nouveautés pour l’automne 2014.

Ces nouveautés s’inscrivent dans la volonté du directeur, Yves Savard, d’offrir une école en phase avec son environnement, son siècle et les aspirations de sa jeune génération. Bordé par la forêt et la montagne, l’établissement a misé, il y a quelques années, sur des concentrations sportives axées sur la nature, comme le ski acrobatique et le plein air. On y propose également du karaté et de la danse. D’une orientation à l’autre, on devine une même motivation: celle de «trouver le moyen de concilier passion et pédagogie», énonce le directeur pour expliquer la mise en place d’un tel modèle qui prévoit 150 h d’entraînement par année.

Les nombreuses demandes d’élèves déjà reçues pour l’option du vélo de montagne confirment que cette discipline stimule elle aussi la fibre passionnelle. Au moins sept pistes seront accessibles dans les premiers temps aux élèves de première et deuxième secondaire, avec la possibilité d’y ajouter, éventuellement, un sentier de BMX homologué pour la compétition. Situé au carrefour d’un vaste réseau de pistes existantes, Le Sommet pourra s’adjoindre des partenaires comme le domaine Sibéria-des-Bois et le club de vélo de montagne Subway-Sigma du Lac-Beauport pour créer une véritable communauté autour de ce sport qui compte de plus en plus d’adeptes, estime le directeur.

Ouverture sur le monde

À l’instar du vélo de montagne, le volet trilangues est victime de son succès avant même sa création officielle. Près de 70 jeunes ont postulé pour faire partie d’un groupe dont le nombre est fixé a priori à 28. La participation à des projets sera entre autres privilégiée pour que l’élève développe des habiletés de communication en français, en anglais et en espagnol.

Enfin, «la cerise sur le sundae» selon Yves Savard: l’école empruntera un virage 2.0. pour «arriver au 21e siècle». Par là, le directeur entend la création d’un environnement technopédagogique qui passera par l’achat, pour chaque élève de première secondaire, d’une tablette numérique de type iPad. L’utilisation de celle-ci à des fins pédagogiques répond à cet instinct d’instantanéité qui tend à caractériser aujourd’hui la jeune génération. La créativité des élèves sera également mise à l’épreuve par tout le potentiel qu’offre l’outil; par exemple, ils pourront explorer des façons innovantes de faire des présentations ou de se filmer dans le cadre de projets de recherche, croit Yves Savard.

Le Sommet promet donc un bon nombre de nouveautés pour l’automne 2014, mais il n’a pas moins encore quelques projets dans sa manche. Non seulement est-il question de compléter l’offre de sports, mais l’équipe-école travaille également à la mise en place d’une concentration artistique.

Membre du Groupe Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *